Une série de photos pour démonter les clichés sur les chevaux “lourds”

Armée d’une bonne photographe et d’une jument de sport dans un corps de postier breton, on arrive à faire des miracles. Ou presque.

Petite lionne !
#àbaslesKWPN – #Traitpower – #viedeMorue

Les clichés sur les chevaux de trait ont la vie facile. Ils sont partout. Redondants. Fatigants. Un cheval “lourd”, est, par définition… Lourd. Lourdaud, même. Insensible, mou, lent. C’est un “tank”, un “paquebot”, une “baleine”, bref : ça met du temps à réagir, quand ça réagit bien sûr.

Parfois, y'a quelques ratés...
Euh… Ouais, bon, ok. Parfois, ce sont un peu des tanks. Parfois, y’a quelques ratés. Mais parfois, hein !

J’aime bien Trifine pour ça. Nos premiers pas ensemble m’ont carrément jetée dans le bain des clichés usuels sur les “lourds”. Elle ne bougeait PAS. Puis j’ai réalisé qu’en fait, elle avait juste absolument zéro éducation.

Totalement sur ressorts !
Nan nan mais c’est bien vrai hein. Elle ne bougeait vraiment pas !

Je ne suis pas un petit génie du cheval, ni un génie tout court. Je ne suis pas une Pauline Beulze qui a quand même un truc, un feeling, quelque chose qui fait qu’elle et les bourrins, ça marche, ça vibre, quoi.

Donc NON : ce n’est pas mon talent qui a rendu Trifine expressive, ni mes coups de carrot stick qui l’ont rendue dingue.

Tentative artistique ?
Quoi, que…?

Mais si, si, je vous assure !

Il a juste suffit de… L’éduquer ! Lui apprendre que 1+1 =2 et qu’on n’écrase pas son humaine, qu’on peut réagir grâce au jeu du Porc-épic de Parelli (qui consiste en gros à contrer le réflexe d’opposition du cheval – du style : tu me pousses, je te pousse. On apprend donc l’inverse : je t’appuie sur le poitrail, tu recules, tu cèdes aux pressions quoi).

En plein départ au galop, par les postérieurs : donc en équilibre !
Puis travailler le dressage, ça aide aussi pour l’équilibre naturel, mine de rien. Jamais j’aurais eu un aussi joli départ au galop naturel auparavant !

Arf oui, ça le dressage, c’est vraiment un truc qui peut aider si c’est pas trop mal fait. Il faut admettre un truc : les chevaux de trait et l’équilibre c’est pas toujours toujours ça. Les pauvres aussi, la Nature leur a fichu un sacré poids dans les pattes et leur a refilé des épaules de camionneurs.

Là on voit le splendide contraste entre ses épaules (très basses, longues, épaisses) et ses fesses...
Là on voit le splendide contraste entre ses épaules (très basses, longues, épaisses, droites) et ses fesses… + la looongueur de la bête.

A 3 ans, on galère à partir au galop, même en liberté. De fil en aiguille, à 4 ans, on les obtient. Puis à 5 ans, on obtient des départs (déséquilibrés) en selle. Puis à 6, on a des départs par prise d’équilibre ! Elle a maintenant 7 ans, (presque 8), et voilà qu’en liberté, elle m’offre des trucs que j’ai rarement pu voir auparavant.

Je-suis-un-cheval-de-dressage
Je-suis-un-cheval-de-dressage
En pleine compet avec le chien
Je-suis-équilibrée
Et-plusieurs-fois-même
Je-vole

Faut quand même admettre un truc.

 

Elle en impose grave.

Tel un camion...?
D’ailleurs vous constaterez que je m’enfuis devant le monstre.

Lors des rappels, je fais pas la maline.

Parce que l’autre, elle sait, qu’elle m’impressionne. Elle sait qu’elle est plus grosse aussi. Alors l’espace personnel, c’est absolument sacré. Elle n’a pas intérêt à y toucher. J’ai jamais été aussi rigoureuse là-dessus je crois, en ce moment. Pourtant elle sort l’attirail lourd : encolure gonflée, poitrail gainé, nez au vent…

Joli rappel, bien au taquet
Nom de Diou (comme on dit chez les bretons), vous z’avez vu ce poitrail ?

Sacré test de confiance en soi. Ne pas bouger les pieds.

 

En vrai elle est extra en ce moment. Sauf le parage où ça reste compliqué… Mais on y travaille, on y travaille. Puis le boxe, ça l’excite plus qu’autre chose.

Et le public d'admirateurs
(public d’admirateurs)
Totalement sur ressorts 2 !
Ressorts 1
Sur ressorts 3
Ressorts 2
bla
Ressorts 3

Ces moments qui me rendent tout particulièrement complètement fan d’elle, c’est quand elle répond à une provocation de jeu par 3 sauts de mouton… Puis un arrêt, tronche aux aguets, attendant le prochain signal de ma part. C’est juste trop bien.

Et on se la joue demi-tour sur les hanches

Tout ça pour dire qu’en plus d’être une “lourde”, c’est un cheval. Un cheval… Ça joue ? Ça galope ? Ça fait parfois des sauts de mouton ou pousse un coup de cul ? Ben du coup, un cheval de trait… En théorie ça fait pareil non ?

Mais c’est surtout… Une jument… Qui s’exprime ! Faudrait une vidéo pour témoigner de ses couinements incessants quand elle joue… C’est quelque chose !

Tout ça pour dire… Que celle-là, c’est par la tête que je l’aurais, c’est absolument certain !

Un mors d'attelage (dit "coup de poing", charmante dénomination) qui n'a pas survécu à Trifine.
Un mors d’attelage (dit “coup de poing”, charmante dénomination) qui n’a pas survécu à Trifine.

(Je précise que ce mors a “juste” décédé lorsque Trifine a marché sur la longe attachée à l’anneau. La longe, elle, est toujours vivante – étonnamment, d’ailleurs)(Et je précise que tout s’est passé dans un calme absolu, contrairement à ce que ça laisse imaginer)

Partager l'article
  •  
  •  

7 thoughts on “Une série de photos pour démonter les clichés sur les chevaux “lourds”

  1. Très belles photos!
    C’est bien triste les clichés sur les chevaux lourds… J’ai moi même un Irish cob que j’ai eu à ses 2 ans et demi et franchement, les remarques stupides que j’ai pu entendre… “C’est bien les Irish pour le débourrage, c’est tellement lourd que ça ne ne sait pas ruer.” Ah bon? Ils ont jamais vu mon loup qui enchaine sauts de moutons et qui saute 1m en liberté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.