Une journée intensive avec Delphine Laborde

C’est un fait que je ne peux cacher : malgré des semaines et des mois et des années entières passées sur Internet à regarder des vidéos d’équitation dite “éthologique”, je n’avais encore jamais pris un cours avec un intervenant sérieux en la matière. Je travaillais à ma sauce comme on l’entend souvent, c’est-à-dire en mélangeant beaucoup de choses et en faisant quelques bêtises.

Heureusement, Internet est aussi un fabuleux outil de mise en réseau. En fouinant un peu, on trouve de véritables perles, mais on découvre aussi des personnalités avec un bagage costaud et officiant pas loin de chez soi… C’est le cas de Delphine Laborde, formée à la Cense et parelliste dans l’âme.

Delphine qui capte l'attention de Darissime, le cheval d'Elodie, en début de séance.
Delphine qui capte l’attention de Darissime, le cheval d’Elodie, en début de séance.


Delphine nous a donc rendu visite pour une journée de cours particulier, à la pension du Bois Helbert. Nous étions 3 couples cheval-humain à vouloir reprendre toutes les bases du travail à pied.

Deux d’entre nous sommes des cavalières “autodidactes“, je dirais. Nous sommes assez avancées dans le travail à pied et en liberté, grâce à nos lectures et nos recherches Youtubesques… Du moins, c’est ce que nous pensions. Je crois que ces séances furent pour nous un véritable rappel à l’ordre : nous avons loupé plein d’étapes, peut-être les plus importantes.

Notre journée stage a commencé avec Andor, jeune garçon de 4 ans, poulain orphelin, croisé cob/portugais. Il vit avec sa propriétaire actuelle depuis ses toutes premières semaines sur Terre. Une chance que Delphine soit spécialiste des jeunes chevaux ! Elle connaît bien la problématique des poulains orphelins, et Andor est un cheval complexe, passionnant. Très envahissant, ce garçon sélectionne soigneusement les humains qu’il veut bien respecter tout en étant d’une générosité sans bornes lorsqu’il est en confiance.

Début de séance au calme, les exercices sont plutôt connus du poulain.
Début de séance au calme, les exercices sont plutôt connus du poulain.
Déplacement des épaules par suggestion.
Déplacement des épaules par suggestion.
Hmm... Je commence à m'ennuyer là...
Hmm… Je commence à m’ennuyer là…
Après avoir mûrement réfléchi à un moyen de faire le zouave, après une folle cavalcade vers le fond du pré, Andorre a réussit à coincer sa longe... Autour du chêne.
Après avoir mûrement réfléchi à un moyen de faire le zouave, après une folle cavalcade vers le fond du pré, Andor a réussit à coincer sa longe… Autour du chêne.

Les problèmes constatés pendant la séance étaient assez simples : Andor s’exprime lorsqu’on l’embête. Et ce, à coup de postérieurs lancés un peu au hasard. Pourtant, nous n’en étions qu’aux exercices de base, c’est-à-dire : lancer sur le cercle en chassant l’épaule et désengager le postérieur pour arrêter le cheval et capter l’attention. En bref, sa cavalière a un gros travail sur le respect de son espace personnel a effectuer… Pas toujours évident avec nos gros bébés ! Je note par ailleurs le geste de Delphine d’avoir arrêté la séance plus tôt que prévu, pour ne pas pousser le poulain à bout. Une preuve parfaite de son professionnalisme et de son expertise.

Après un repas bien mérité, c’était au tour de Darissime, pur-sang de 9 ans, vierge de tout travail à pied. Une fois de plus, cet exemple me confirme qu’un cheval vierge de tout apprentissage est bien plus simple à appréhender qu’un cheval qui a déjà appris quelques trucs, et donc des bêtises… Après une séquence défoulement dans la carrière, Darissime a appréhendé avec facilité les demandes de Delphine. En démarrant par les cessions par sensation (au toucher), on arrivait progressivement aux cessions par suggestion (à distance).

Une bonne session d'échauffement naturel...
Une bonne session d’échauffement naturel…
Les flexions latérales : une main près du garrot, l'autre qui produit une tension progressive sur la longe, pour céder à la seconde même où le cheval est léger... Ou bien le b.a.-ba du renforcement négatif.
Les flexions latérales : une main près du garrot, l’autre qui produit une tension progressive sur la longe, pour céder à la seconde même où le cheval est léger… Ou bien le b.a.-ba du renforcement négatif.
Le noeud du licol se fait sous la boucle (ça fait un an que je le fais au-dessus)...
Le noeud du licol se fait sous la boucle (ça fait un an que je le fais au-dessus)…
Ici, cession des épaules par sensation.
Ici, cession des épaules par sensation.

La difficulté s’est arrêté à l’envoi sur le cercle par déplacement des épaules, et l’arrêt par désengagement du postérieur sur le cercle.

A l’origine, je voulais faire venir Delphine pour travailler ma grosse Trifine, qui était malheureusement handicapée par un sale abcès au pied. Jazon a donc fait office de remplaçant.

Je le savais d’avance, notre problème est simple : on est trop collés l’un à l’autre ! Certes j’en ai conscience, mais il si difficile de s’en éloigner. Delphine a bien raison quand elle parle de la particularité du premier cheval : autant, ma conscience est tranquille lorsque je chasse Eden, voire même Trifine à coup de longe quand elle me rentre dedans, mais quand il s’agit de Jazon… Je préfère m’écarter ! Et c’est bien évidemment une erreur qui pourrait me revenir à la figure sous forme de postérieur un jour de mauvaise humeur. Premier exercice donc : éloigner le poney, le laisser à sa place. Ni lui ni moi ne sommes habitués à tant d’espace entre nous deux. Bien que ça soit difficile, ma compréhension de la situation me permettait de rester loin ; en revanche, Jazon tentait constamment de gagner furtivement quelques centimètres de terrain.

Mais pousse-toi !!!
Mais pousse-toi !!! Notez que j’essaye de ne pas bouger mes pieds…

Jazon a été assez lourd sur les reculés au licol, lui qui est si léger d’habitude en licol plat ! Toutefois, je l’ai trouvé bien à l’écoute et concentré. Je n’avais pas pris de friandises, et j’ai constaté qu’elles ne sont finalement pas si magiques avec lui, contrairement à Trifine qui en est folle.

Cession des épaules par suggestion. Vous remarquerez le début de mon échec : je vous assure que ma longe tournoyait parfaitement bien juste avant cette étape. J'ai des des preuves.
Cession des épaules par suggestion. Vous remarquerez le début de mon échec : je vous assure que ma longe tournoyait parfaitement bien juste avant cette étape. J’ai des des preuves.

Nous avons passé en revue les mêmes exercices que les couples précédents :

  • cessions par sensation et suggestion des hanches et des épaules
  • flexions latérales
  • reculés au licol, au poitrail et à distance
  • envoi sur le cercle par suggestion des épaules et arrêt par désengagement du postérieur

Globalement, merci Delphine ! Toutes ses explications étaient d’une grande clarté, et ses démonstrations sur nos poneys étaient plus que convaincantes. Je pense que l’enthousiasme général mènera à une nouvelle série de cours avec elle, pour notre plus grand plaisir…

En revanche, c’est un peu la panique pour le stage de Pauline Beulze ! On est nuuuls ! Allez au boulot !

Partager l'article
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.