[ÉTUDE DE CAS] Comment le MIEL m’a sauvée

Abcès soigné au miel

Ma magnifique Trifine (aka la Beyoncé des chevaux) a une sale habitude : elle fait des abcès, beaucoup, beaucoup, beaucoup d’abcès. Environ une vingtaine sur 2 ans. Pour avoir un résumé de toutes mes prises de têtes et mes recherches pour comprendre d’où venait le problème, je vous invite à lire cet article. Mais aujourd’hui, c’est du miel dont on va parler.

Bref, printemps 2017 : ça fait une bonne année que j’ai été tranquille, pas un seul abcès. Autant dire que j’étais au bord de fêter ça à coup de champagne dans la prairie.

Puis j’ai fait une bêtise : j’ai fait vacciner Trifine.

Attentiooooon, je vous vois déjà vous emballer… Je ne suis pas anti-vaccination. Je suis plutôt pour une vaccination (très) modérée. Et gros coup de chance, ma vétérinaire est de ce bord-là aussi. Le problème, c’est cette fichue loi qui nous force à vacciner annuellement. Jusque là, j’admets avoir été légère et n’avoir vacciné qu’occasionnellement, que très rarement annuellement – sauf dans des cas où j’étais obligée de déplacer mes chevaux. En cas de contrôle, mieux vaut avoir ses carnets à jour.

Mars 2017 : on change d’écurie, et je préfère rester à jour en vaccinant mes deux chevaux.

Grave erreur… Voilà ce que le corps de Trifine en a pensé, à J+2 post-vaccin (grippe – tétanos) :

UN ABCEEEEEEESSSS…

Youhou…

Le truc, c’est que ledit abcès est au postérieur droit de Trifine, celui qui m’a fait à lui seul près des deux tiers des abcès totaux (ça en devient quasiment mathématique, c’est grave). Et l’un d’entre eux a terminé en clinique. La corne de Trif étant tellement épaisse et dure, et moi n’ayant pas fait de cataplasme pour ramollir la corne et drainer naturellement l’abcès vers le sabot (#feignasse), eh bien l’abcès est carrément remonté. Et il est sorti en plein milieu de la couronne, sur le côté interne du pied.

Il s’est infecté, parce qu’on était en octobre et que Trifine stagnait quasiment H24 autour d’un râtelier, les jambes plongées jusqu’aux genoux dans un mélange boue/urine/crottin. Ça m’aura au moins appris une leçon, hein…

On a donc filé en clinique, parce que ça ne s’améliorait pas et que les radios n’avaient rien montré de concluant. Echographie, radios encore, finalement, le simple fait de curer la plaie et de rester au sec a réglé le problème.

L’abcès en images

Bref, revenons à mai 2017. 2 jours après les premières boiteries, voilà que l’abcès a encore carrément remonté et voici la belle surprise que je trouve :

J’ai un tout petit peu paniqué. (ps : no comment sur le cataplasme totalement destroy)

J’appelle ma wonder véto, les instructions sont claires. On ne donne RIEN en allopathie. La réaction au vaccin est trop extrême pour ne pas écouter le corps de Trifine.

Nous allons appliquer une crème, Bithiol, pour faire maturer l’abcès et le faire sortir.

J+1, la boule devient purulente, c’est vraiment pas joli. Le membre de Trifine est pas mal engorgé. L’inflammation est forte, le corps travaille : si j’avais donné des anti-inflammatoires maintenant, autant dire que j’aurais fait des bêtises. Le corps ne serait pas allé au bout du processus inflammatoire pour éjecter l’abcès hors du corps.

Tout du long, on accompagne en homéopathie avec Graphites. Ça, + la crème Bithiol, autant dire que ça a été rudement efficace.

Voilà ce que ça donne à J+2 (attention, c’est un peu gore) :

La boule a percé, je vous épargne le moment haut-le-cœur en réalisant que Trifine s’est mis du sang et du pus partout sur les jambes en éclatant l’abcès. J’étais pas fraîche. Je faisais clairement pas la maline.

A J+2, l’inflammation est alors inexistante, puisque le corps a fini l’éjection. Le membre est désengorgé, et Trifine marche presque normalement.

Entretemps, ma vétérinaire vient découper la peau morte, et moi je nettoie quotidiennement avec de l’eau, et j’applique de l’argile et de l’huile essentielle d’arbre à thé pour drainer tout en maintenant la plaie propre. (cette HE d’arbre à thé est connue pour être une antibactérienne à large spectre, avec également des propriétés antifongiques). Ça marche du tonnerre, l’abcès se vide très bien.

L’efficacité redoutable du miel

Le miel. Avec des abdos.

Au bout de 3 jours de ce procédé, je commence à faire un pansement uniquement avec du miel. Du miel biologique de thym. Attention, c’est très très important de prendre du miel bio : dans les miels conventionnels, vous pouvez trouver des résidus de produits traitants qui risquent de polluer plus que de soigner. Et le miel de thym est un des plus efficaces, notamment avec le miel de lavande:  le CHU de Limoges les utilise régulièrement.

Le miel de thym bio coûte entre 8 et 10€. Ça vaut vraiment le coup, un pot dure longtemps – à condition de le conserver dans de bonnes conditions, bien fermé, etc.

A J+9, voilà le rendu :

Donc pour rappel :

  • pas de sutures
  • pas d’antiobio
  • pas d’anti inflammatoires
  • QUE de l’homéopathie en interne
  • QUE du Bithiol en externe avant la sortie d’abcès
  • QUE de l’argile jusqu’à que l’abcès ait bien drainé
  • Miel et par alternance solution iodée (en général 1 jour sur 3, car ça peut attaquer trop fort les tissus, il faut être prudent avec ça aussi) jusqu’à guérison de la plaie

J+11 (toujours seulement miel avec un pansement protecteur) :

A J+20, je trouve ça plutôt canon comme plaie, moi :

Trifine se marche délicatement dessus, abîme un peu mon œuvre d’art, à J+ 23: 

Finalement sur conseils de la vétérinaire, on laisse sécher à l’air libre, quitte à prendre le risque de petits accidents de prairie qui vont ralentir la cicatrisation. Voilà à J+ 25 :

A J+26, après avoir rincé (d’où l’humidité, car sinon c’était parfaitement sec) :

Là, à J+51, Trifine s’est un peu réouvert la plaie après une séance (malgré un bandage et tout) :

Mais en soit, ça reste très propre et toujours soigné au miel.

Je mettrai à jour l’article avec la cicatrisation finale – si j’y arrive, car la plaie est très mal située, et je galère à trouver des cloches ne serait-ce que pour la protéger un minimum quand je suis avec elle !

Si vous avez des questions, commentaires… N’hésitez pas !

Partager l'article
  •  
  •  

9 thoughts on “[ÉTUDE DE CAS] Comment le MIEL m’a sauvée

  1. Le miel fait sa guérison sur 3 jours mais faut pas y toucher ni l’enlever avec la douche si vous doucher vous retardez la guérison autrement c’est bien ..

  2. J’ai également tenté le miel recemment pour les petits bobos de ma grosse, et bien j’en suis vraiment étonnée et ravie !
    Contente de voir que ça va mieux pour Trifine, la plaie après la sortie de l’abcès est effectivement très impressionante… Je vous souhaite à vous deux plein de courage pour venir a bout de cette plaie !

  3. Bonjour, on donne du thuya occidentalis en homéo, aux enfants avant vaccination pour éviter les réactions post vaccinale. C’est peut-être une piste à creuser ?

    1. Bonjour Cécile, merci pour cette info. En effet, ma vétérinaire m’en a parlé, mais de son point de vue, ma jument rejette beaucoup trop “fort” la vaccination annuelle pour que cela nous aide. En fait, selon elle, il faudrait avoir une vaccination beaucoup plus rare et on aurait pas de réaction… Cependant, la piste est à creuser ! Merci beaucoup ! =)

  4. Punaise, comme c’est impressionnant un abcès! J’espère que je n’aurais jamais à traiter ça, moi qui tourne de l’oeil à la vue du sang… En tout cas je prends note pour le miel. J’avais entendu parler de ses bien faits, mais rien de bien concret… Là je suis bluffée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.