Entretien avec Luc Parisis, un horseman prometteur

Luc Parisis enseigne la méthode Parelli est très présent sur les réseaux sociaux. Ce passionné d’équitation western partage sa philosophie basée sur le Natural Horsemanship de son mentor, Pat Parelli. Il fait partie de cette jeune génération d’horsemen pleine de promesse.

D’un cheval l’autre : Comment es-tu tombé dans la marmite du cheval ?

Luc Parisis : A l’âge de 5 ans, ma mère passionnée d’équitation m’a inscrit dans centre équestre. Mais c’est seulement à partir de 16 ans en poursuivant mes études dans le milieu équestre que la passion et l’amour pour les chevaux m’ont envahi.

DCA : Comment as-tu découvert Pat Parelli, et qu’est-ce qui t’as attiré vers son enseignement ?

Luc Parisis : La découverte du PNH (Parelli Natural Horsemanship) a été un pur hasard.

Je voulais partir en Angleterre à mes 18 ans pour tout simplement y apprendre l’anglais tout en pratiquant l’équitation. Candidature spontanée et une réponse positive auprès d’une structure, celle de James Roberts Parelli Instructeur 3*.

Cet instructeur m’a donné le goût de ce programme. C’est surtout la façon et la philosophie du débourrage qui m’a vraiment passionné et séduit au début.


DCA : Tu es plutôt orienté équitation western. Pourquoi aimes-tu particulièrement cette façon de monter, plutôt que l’équitation anglaise
?

Luc Parisis : Le travail du bétail m’a toujours passionné. Ne faire qu’un avec son cheval, être un vrai binôme pour progresser. Le cutting et le Team Roping sont des disciplines que j’ai beaucoup de plaisir à pratiquer. Le Ranch Roping est ma discipline de prédilection, c’est dans celle-là que je retrouve tout le savoir, l’attitude et les compétences nécessaire à un Horseman.

DCA : Aujourd’hui, quelles sont les activités qui régissent ton quotidien auprès des chevaux ? Lesquelles préfères-tu ?

Luc Parisis : Aujourd’hui mon objectif est d’apprendre aux propriétaires à aimer et comprendre leurs chevaux, en instaurant une relation basée sur le respect et la confiance. Mon quotidien est de donner des cours et des stages afin d’aider tous ces propriétaires désireux d’évoluer, de progresser, d’apprendre.

Leur transmettre un savoir et une Technique sans oublier la Compréhension, car on peut très bien savoir quoi faire et comment sans savoir pourquoi.

DCA : Peux-tu me décrire en quelques mots les principes qui guident ton quotidien d’Homme de cheval ?

Luc Parisis :

Mes principes :

  • Le Horse-Man-Ship est naturel.
  • Éviter de faire des suppositions.
  • La communication avec le cheval est réciproque.
  • Chevaux et hommes ont chacun des responsabilités.
  • L’attitude doit être juste.
  • Le langage du corps est un langage universel.
  • Les chevaux apprennent aux cavaliers et les cavaliers apprennent aux chevaux.
  • Principes, Objectifs et Temps sont les outils de l’apprentissage.

DCA : Selon toi, peut-on observer une évolution des mentalités quant à la connaissance de la psychologie du cheval ?

Luc Parisis : Oui largement ! J’en suis même surpris. Les gens arrivent à voir quand les chevaux sont « contraints de faire » à la place de « envie de faire ».

Je vois que beaucoup de cavaliers commencent  à s’ouvrir d’esprit et à s’ouvrir à « D’autres façons de ».

DCA : Si tu devais choisir un seul Savvy, lequel prendrais-tu ?

Luc Parisis : La liberté !

Même si je n’ai pas de Savvy préféré c’est celui-là que je choisirais car il est le résultat de tout travail avec un cheval. Car lorsqu’on enlève le licol la seule chose qui reste entre le cheval et nous-même est la vérité. C’est pour moi le test : « Est-ce-que mon cheval a envie de moi ? … Ou pas ! »

DCA : Quel mode d’hébergement as-tu choisi pour tes chevaux, et pourquoi ?

Luc Parisis : Le pré sans hésitation ; la raison et de laisser le maximum de liberté à mes chevaux et de bien-être. Mère nature a très bien fait ça en créant un animal qui a besoin de courir, jouer et de liberté.

DCA : Si tu devais avoir une devise, une seule… Laquelle serait-elle ?

Luc Parisis : Rendre la bonne chose facile et la mauvaise chose difficile mais pas impossible.

Partager l'article
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *