[LEVEL 4] Parlons d’un échec…

Il y a un peu plus d’un an, je me lançais le défi de passer le Level 4 dans les 4 Savvys de Parelli. Bilan : aujourd’hui, je n’ai toujours pas obtenu ce Level 4, dans aucun des 4 Savvys. Comment gérer cet échec et l’expliquer ? Réponse : la vie est ce qu’il arrive lorsque vous aviez d’autres plans (dixit John Lennon).

The Tack Room n’existait pas encore

Il y a un an, j’avais l’idée de cette plateforme de cours vidéo inclusive, qui contiendrait des cours sur tous les aspects du cheval, avec une grande variété de professionnels pour chacun y trouve son compte. Ça n’était qu’une simple, très simple idée, née dans le coin d’un bureau glauque de la fondation européenne dans laquelle je faisais le larbin. Je n’avais absolument jamais imaginé que ça aurait pu même fonctionner, puisque je partais avec environ 0€ en poche, et un projet professionnel loin d’être clair.

Je ne savais tout simplement pas que ce projet allait me pomper une énergie folle et un temps absolument dingue, dans des proportions qui dépassent l’entendement.

Mon parcours professionnel a pris un virage imprévu

Il y a un an, je donnais cours, mais sans aucune volonté de développer cette activité. Je voulais me lancer à temps plein dans le cheval, mais difficile de le faire sans aucun moyen, sans avoir de diplôme, sans savoir jusqu’où je voulais aller et pourquoi. Les gens croient difficilement que l’on peut être compétent si l’on n’a pas suivi un cursus “classique”, c’est-à-dire : formation + diplôme = professionnel. Dans mon cas, je me suis toujours toujours formée en continu avec différents enseignants spécialisés dans différents domaines, et ça ne s’arrêtera jamais là.

Alors je me suis adressée à une des meilleures professionnelles du cheval en Belgique, spécialisée en horsemanship : Aurélie de Mévius. Et je suis partie plusieurs mois me former auprès d’elle.

San et moi à Aquila Farm, chez Aurélie de Mévius.

Entre juillet 2017 et août 2018, j’ai monté une start-up, levé des fonds, j’ai donné des centaines d’heures de cours, j’ai eu des dizaines de chevaux entre les mains, j’ai continué ma formation pro auprès d’Aurélie de Mévius (et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin, s’il y en a qui doutent)…

J’ai eu peu de temps pour mes propres chevaux

Mes petits chevaux ont clairement eu une année calme. Je n’ai jamais eu autant de chevaux entre les mains, des dizaines par jour, de toutes sortes, mais ceux-ci n’étaient que rarement les miens ! L’hiver fut quasiment off, et ils ne reprennent vraiment le boulot que depuis le printemps.

Trifine et Jazon ont défié mes prévisions

Crédits : Laureline van Overmeir.

L’année passée, Jazon sortait d’une chirurgie pour coliques. Je pensais réellement que Jazon, désormais, ne ferait que de petites choses, calmes, afin de le protéger.

Que nenni… Il pète la forme, c’est juste surprenant.

Trifine, qui allait trèèèès bien jusqu’au mois de juin, s’est mise à boiter légèrement. Après plusieurs interrogations, des examens ont confirmé qu’elle s’était déchiré un ligament situé au niveau du paturon. Rien de grave, mais quelques mois de repos fermes sont imposés.

Ainsi, impossible de l’entraîner désormais. Le Level 4 avec Trifine attendra sa guérison complète !

C’est donc Jazon qui s’y collera, si je trouve le temps de filmer une audition.

Bilan : rien n’est jamais grave !

Autrefois, je me serai auto-flagellée pour avoir raté ce “défi”. En soit, j’ai conscience que ça n’est aucunement un problème de compétence… Mes deux chevaux connaissent les difficultés essentielles du Level 4. Je n’ai tout simplement pas eu le temps, car ma vie a été… chargée, cette année particulièrement. Allez, je m’en vais filmer une audition Level 4 Online avec Jazon… Croisons les doigts pour que celle-ci soit assez bonne pour que je l’envoie 😉

Partager l'article
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.