Les grandes lignes du travail au galop

Parlons galop et surtout travail au galop. Puisqu’il existe Wikipédia et que l’article sur le galop donnera tous les détails de base sur l’allure en elle-même, passons et parlons des exercices à travailler pour améliorer départ et équilibre au galop.

Les codes

Je commencerais juste par un petit détail. Le départ au galop avec la jambe extérieure : non, s’il vous plaît, arrêtons ça. Un départ à la jambe intérieure sera presque toujours meilleur, car la jambe isolée… Sert à déplacer les hanches. Combien de cavaliers autour de moi demandent le galop uniquement en reculant (même légèrement) la jambe extérieure… Et combien de départs au galop traversés ! Il faut faire attention : décaler les hanches dans le départ encourage le cheval à démarrer traversé : or, l’objectif est tout de même d’aller vers plus d’équilibre. Je ne dis pas qu’on apprend aux cavaliers à déplacer les hanches dans le départ, mais qu’un cheval éduqué répond à la jambe isolée (même légèrement, le but n’est-il pas la discrétion et la légèreté des aides ?) en déplaçant les hanches du côté opposé. Il ne faut pas tout mélanger… Traverser par la jambe isolée encourage certes un jeune cheval à démarrer, mais il ne faut pas utiliser cette aide jusqu’au bout du dressage du cheval.

Le poids du corps doit être reporté à l’extérieur, ce qui incite le latéral intérieur à s’avancer (car mécaniquement le galop fonctionne ainsi) (réfléchissez bien hein) (bon allez, je vous mets une illustration).

Mécanisme du galop.
Mécanisme du galop.


Donc concentrons-nous sur la ligne 2 : le cheval part au galop à droite. Donc imaginez-vous sur un cercle de 20 mètres, à main droite. Vous trottez, vous vous asseyez, et encouragez le cheval à surcharger son postérieur gauche en accentuant votre poids du côté gauche. Cela allège le postérieur droit à l’origine du départ ! D’où le fait que les Karlistes conseillent de trotter sur le diagonal intérieur, pour charger le postérieur gauche et non plus droit.

Une illustration de Philippe Karl. L'élément rouge est la surcharge.
Une illustration de Philippe Karl. Ligne 1 : départ par perte d’équilibre, ligne 2 : par prise d’équilibre (la bonne). L’élément rouge est la surcharge.

C’est aussi simple que ça. Maintenir les épaules devant les hanches, les hanches derrière les épaules, garder l’impulsion, rester assis en place, et accueillir doucement la nouvelle allure font partie des évidences.

Travailler le beau départ

Aaah le départ équilibré, léger, quand les hanches se chargent de tout et que l’avant-main s’élève… Ça fait rêver ! Et même Jazon (poney pur cocktail des prés) y arrive, il suffit de travailler.

La fameuse demi-volte.
La fameuse demi-volte.

Il y a un exercice qui marche presque à tous les coups, c’est la demi-volte, la plus serrée possible. On demande le départ lorsque l’on arrive sur la piste : le cheval se redresse et part à juste, droit. Testé et approuvé sur Trifine, alors pas d’excuses et au boulot.

 

Le contre-changement de mainLa ligne brisée est aussi un bon exercice, quoique moins contraignant et plus “à risque“, car il y a une marge d’erreur. On demande aussi le départ lorsqu’on arrive sur la piste, le cheval étant dans la même position qu’à la fin d’une demi-volte – à condition que la ligne brisée (ou contre-changement de main) soit bien effectuée, que l’incurvation soit bien inversée au point de changement…

Ces exercices permettent de partir droit et de mieux équilibrer le départ. Plus on serre le tracé, plus il est rétréci, plus c’est contraignant pour le cheval et plus ça l’oblige mécaniquement à réussir le départ. Mais le top du top, c’est partir au galop dans une épaule en dedans à faible angle. On peut difficilement mieux surcharger le postérieur intérieur et l’incurvation demandée par l’épaule en dedans est parfaite.

Donner un peu plus d’équilibre

Eh bien faites du contre-galop (ou galop à faux – mais normalement on dit galop à faux lorsque c’est une faute) ! C’est très exigeant autant pour le cheval que pour le cavalier. Il faut penser : chaque foulée est un nouveau départ… Garder le poids du corps à sa place, les jambes à leur place et rester le plus subtil possible pour ne pas détruire le château de cartes. Bien sûr, plus la courbe est serrée plus c’est difficile pour le cheval et plus on risque sa vie de retomber dans le trot. En fonction de votre cheval, aidez-le à réussir et ne le mettez pas trop dans la difficulté si c’est déjà compliqué pour lui !

Travaillez au galop sur la ligne courbe. C’est encore une fois plus délicat que ça en a l’air.

Et travaillez en contre-pli. Le pli couche, le contre-pli redresse. Maintenant vous savez quoi faire. Une fois que vous êtes passés par cette palette d’exercice et que votre cheval a un vrai bon équilibre au galop, vous pouvez aborder les changements de pied… Sur la serpentine. Mais ça, on en parlera plus tard.

Promis, dès que j’ai une caméra et un caméraman/woman disponible je chargerais des vidéos et Jazon et moi à l’œuvre.

Partager l'article
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *