La recherche d’une bonne écurie, ce parcours du combattant

Ça fait plusieurs mois, je peux même maintenant dire plusieurs années que j’ai envie d’écrire un mot à ce sujet. Depuis que j’ai des chevaux, trouver une bonne écurie s’avère être un véritable enfer. Que ce soit en France, ou depuis mon arrivée en Belgique, il y a 2 ans et demi. C’est un peu un cri de désespoir que j’aimerais pousser, car j’en ai marre. J’en ai vraiment marre. C’est à la fois un appel au secours, même si ça risque fortement de tomber dans le vide (qui ne tente rien, n’a rien n’est-ce pas), et un coup de gueule, en espérant que cet article sera assez partagé/lu pour que des gérants d’écurie de diverses sortes le lisent et s’interrogent (l’espoir fait vivre).

tumblr_nfgq1wIsgA1swr9gao1_500.gif

Le premier problème, c’est que la définition d’une “bonne écurie“, c’est déjà en soi très personnel : certains veulent du box, d’autres du pré ; certains veulent du full-service, d’autres veulent tout gérer, etc. On n’a pas tous le même budget, on n’a pas tous les mêmes envies. En revanche, je crois quand même qu’il y a bien un type d’écurie qui manque cruellement dans le paysage Belge ET Français.

Ok, je m’explique :

  • Des écuries box + installations au top niveau, on en a déjà des tonnes. Éventuellement le cheval a le droit à une misérable sortie au paddock de 3h, ou bien on te promet “ils sortent la journée“, alors qu’en fait, ils sortent de 12h à 16h.  Bah quoi, l’hiver c’est quasiment toute la journée ça, non ? Gare à toi s’il pleut, ton poilu pourtant bien équipé par Mère Nature restera cloîtré entre 4 murs. Si tu vis dans la moitié Nord de la France, ou PIRE, en Belgique, autant te dire qu’il restera souvent dedans l’hiver. Et l’été, éventuellement, il sort, mais seul. Le cheval, cet animal solitaire… C’est bien connu !

tumblr_n7ruwrjnwa1smcbm7o1_500

  • Des écuries box + installations médiocres, t’inquiète, ça on en a également des kilos. J’épilogue même pas là-dessus, parce qu’on pige l’idée : à la moindre pluie, ton cher Caramel peut pas aligner deux foulées sans voir disparaître son paturon dans ce qui ressemble plus à des sables mouvants qu’à du sable de Fontainebleau. La piste intérieure est surchargée, à chaque foulée, tu te préoccupes plus du trafic, des priorités, que de la rectitude de ton poilu, alors que déjà tu te tapes les embouteillages de ta vie pour sortir de Bruxelles et venir te détendre à dos de poney. Ou récemment vu, le manège bourré de cailloux. Ah, d’accord. Ou avec un gros trou au milieu, ou des trucs plein les coins (bien pour le travail en dressage, top…).

tumblr_mpk2inRAmK1svg213o1_500.gif

  • Des écuries prairie + rien du tout/installations très médiocres, c’est pareil. Ah ça, c’est vraiment génial. Donc en fait, si j’ai bien compris, les chevaux de prairie = poulinières/cheval convalescent/cheval à la retraite. Donc du coup, tu n’as soit carrément PAS le droit aux installations, soit la prairie est à plusieurs kilomètres de la piste (si t’as une vie, et que t’as envie de monter, bon courage niveau timing), soit t’as juste droit à une prairie, soit la prairie est nulle, ou minuscule, ou mal clôturée, ou faut que tu gères tout toi-même.

tumblr_n5op1lqacr1t2tdqto1_500

  • Vu également, une écurie qui se veut “naturelle”, mais où sous prétexte de naturel, on ne gère rien : clôtures qui se cassent la figure, installations terriblement mal entretenues, prairies approximatives…

SherlockIquit.gif

Par contre, pour l’ovni qui veut :

  • Une prairie de bonne qualité : donc non surpâturée, bien clôturée (pas de barbelés, du fil électrique qui tient la route), avec un bon ratio légumineuse/graminée, variée en termes de biodiversité végétale, avec abri naturel ou pas, avec de l’eau propre, en groupe, protégée des passants (oui parce que bon, dans mon écurie, y’a quand même quelqu’un qui s’est barré avec le cheval d’une copine, se trompant de cheval à emmener… voilà voilà / puis les gens qui viennent vider leurs sacs de carottes, sans savoir que potentiellement t’as peut-être un diabétique, un obèse, ou un PSSM dans le troupeau #Trifine), voire même stabilisée aux zones de passage pour éviter la boue (abri, foin, entrée du pré)…
  • Des installations de bonne qualité : idéalement, carrière + manège, bien clôturé pour pouvoir faire de la liberté (si t’as le droit, ça c’est pas garanti non plus), assez grand pour pouvoir bosser ton Level 4 Parelli (lasso de 13,7 mètres), pour pouvoir galoper avec un grand cheval, pour pouvoir avoir de la place même en cas d’affluence, avec un sol qui se détrempe pas à chaque petite pluie, éclairé l’hiver…
  • Un minimum de service : on gère le gel, le foin, les clôtures pour toi, si t’es absent 7 jours, tu sais que quelqu’un surveille (ça serait bien que si ton cheval boîte et que t’es pas là, quelqu’un s’en préoccupe… ou s’il y a une urgence…), on entretient les pistes.
  • Un minimum de compétence : genre par exemple, le gérant s’y connaît en gestion de prairie, il s’y connait en système digestif équin et donc va éviter de lui donner des céréales, laisse les chevaux en groupe et se charge d’assurer la cohésion du troupeau (un cheval peut être particulièrement agressif par exemple, il faut se demander pourquoi… chercher une solution…), il assure une cohérence niveau vermifuge, donne des compléments minéraux ou bref, s’inquiète un minimum du bien-être des chevaux à sa charge.

tumblr_inline_n4m5yj9nMP1qa7k0a.gif

Eh bien bon courage. Je n’ai trouvé ça qu’en France, à la Pension du Bois Helbert, quelque part entre Mayenne, Sarthe, et Maine-et-Loire. J’y étais très bien, mais c’était loin de ma ville. C’est la seule fois où j’ai été dans une écurie qui se préoccupait du bien-être des chevaux pour de vrai, mais aussi du côté pratique pour les cavaliers. Elodie Tricot se forme continuellement, elle fait évoluer ses installations tout le temps, bref, si vous êtes dans ce coin je vous la recommande chaudement.

En Belgique, autour de Bruxelles, pour l’instant… Même en faisant des kilomètres, je ne crois pas que ça existe. Même en payant très cher. C’est soit l’un (un beau Paddock Paradise, une belle gestion de prairie, et encore, c’est rare), soit l’autre (installations au top, mais box), mais les deux… J’attends de voir si un jour ça tombera du ciel.

tumblr_n0eey4KXub1rwqt2go1_500.gif

Quels sont les problèmes les plus récurrents, finalement ?

  • On me dit souvent “les chevaux dehors l’hiver, ça va abîmer les prairies” : et sinon, avez-vous entendu parler des micro rotations de parcelles ? De la stabilisation des sols ? La gestion des prairies est INEXISTANTE, la compétence dans ce domaine est simplement NULLE. Quelques pros s’y intéressent, mais ceux-là sont rares, et on les repère très vite. Mais bon, faut avoir la chance d’habiter près d’eux.
  • Les gens préfèrent investir dans un barn avec des boxes, alors que faire un Paddock Paradise doit coûter moins cher, on n’abîme que les couloirs (sauf si on stabilise ! là c’est encore mieux) et on garde les prairies pour le foin ! c’est tout bénéf ! Là encore, on m’a dit “ah mais oui mais c’est moche” : ben écoute, tout dépend de ce que tu fais, hein. On m’a dit “ah mais oui mais c’est pas pour tous les chevaux” => là on retourne à la section “compétence“, parce que clairement c’est précisément un hébergement totalement universel, bon pour les chevaux sains, les chevaux malades… Les maigres, les gros… Les excités de la vie, les mous du genou… Et aussi “ah mais oui mais c’est pas confortable pour le cavalier” : si tu stabilise une partie, le proprio marche au sec en allant chercher Tornado, t’es pas obligé de faire un PP qui fait des km non plus, tu peux aussi mettre en place un signal (genre une cloche qui sonne = quelques carottes) pour que le troupeau prenne l’habitude de venir s’il ne le fait pas déjà, enfin bon, les solutions, elles existent. (Je vais tenter de rapidement faire un moodboard avec des images de BEAUX paddock paradise, juste pour montrer que c’est possible)

Le fait est que j’aime aussi, moi, avoir mon confort. Donc NON, je n’aime pas la boue. OUI, je suis contente quand je les chevaux sont à l’entrée du pré et pas au fin fond. OUI, j’aime monter au sec, j’aime seller au sec et au propre.

Mais la priorité va aux chevaux, donc actuellement j’ai ma sellerie dans ma voiture, je selle devant ma prairie, je revêtis ma combinaison imperméable pour éviter d’être mouillée, je fais 3 km aller-retour pour monter dans des pistes souvent occupées car il y a cours, je dois aller ailleurs pour prendre cours avec ma propre prof car c’est chasse gardée, l’étho est clairement mis de côté, car en hiver j’ai la flemme de faire 3 km à pied pour une petite séance Online ou Liberty, puis de toutes façons, faut-il encore que je puisse mettre des objets sans déranger tout le monde, la liberté c’est compliqué… Mais, les chevaux sont en troupeau, dans une grande prairie vallonnée et variée, même si les clôtures sont un étrange mix de barbelés et d’électricité, que n’importe qui peut rentrer dans la prairie, qu’il n’y a pas assez de foin et qu’ils ont des céréales, que la surveillance est quand même trop limitée.

_mg_3320

Oui, j’aimerais bien avoir une sellerie, panser à l’abri et au sec. Avoir accès à un vrai bon manège pour les jours de gel. Avoir un gérant au courant des dernières avancées scientifiques en matière de gestion du cheval, qui se préoccupe sincèrement de mes chevaux, pouvoir partir plusieurs jours sans aucune inquiétude.

Je fais partie de ces gens qui auront très probablement un job en ville, qui les occupera à temps plein. Donc avoir mes chevaux chez moi, c’est pas envisageable tout de suite, et je n’ai pas les moyens de me faire mon petit manège personnel. A ce genre de population, à Bruxelles, on propose box, et installations de luxe. Pourquoi pas proposer quelque chose qui associe confort d’un cavalier fort occupé, et confort naturel d’un cheval qui ne demande que ça ? Quelque chose de nouveau ? De moderne ? Qui évolue sans cesse ?

Pourquoi copier les modèles qui existent déjà, et dont beaucoup de cavaliers ne veulent plus ? Car non, je ne suis pas la seule !

Et encore, je n’ai même pas parlé de l’aspect sociétal de la chose : quand t’es cavalier en étho, que tu montes un poney et une jument de trait, que tu prétends faire du dressage, mais que t’as ni le look approprié pour X raison, ni le cheval adapté, t’es directement classé dans la catégorie “hippie”/”weirdo”.

Voilà, j’en ai juste marre d’avoir, jusqu’ici, le compromis le moins pire. On sait tous, en tant que cavalier, que la pension où l’on met nos chevaux est toujours un compromis (ça ne peut pas être idéal puisqu’on a chacun des visions différentes), mais il y a de bons compromis qui existent ailleurs, qui peuvent exister ici. Et ça, pour l’instant, je ne l’ai pas trouvé.

Partager l'article
  •  
  •  

42 thoughts on “La recherche d’une bonne écurie, ce parcours du combattant

  1. Bonjour ,
    Je pense que mon projet de pension Paddock Paradise pour 2017 pourrais vous intéresser . Je me situe à 20 minute de Bruxelles et les vrais besoins du cheval son ma priorité ! Je me retrouve dans beaucoup de vos envie d ecrite ! Contacter moi au 0497/91 72 05 quand vous en aurez l’envie .

      1. Bonjour,
        J’ai adoré votre article qui est criant de vérité !!! Bravo bravo et encore bravo.
        De mon côté je cherche aussi un paradis pour mon cheval et habitant à Geneve où le cheval est un loisir de luxe et les installations qui vont avec, le bien être du cheval n’est pas remis en question et les commodités des écuries sont tournées vers les besoins des cavaliers uniquement.
        J’ai tout recemment découvert un paradis pour chevaux en suisse romande (=partie francophone de la Suisse) qui d’appel la ferme de Cery et sont peu connu pour l’instant mais vous pourriez peut être ajouter à votre article une liste des établissements “paradis” signalés par vos lecteurs afin de facilité les recherches de ceux ci?
        Je vous souhaite une belle continuation.
        Alexia

    1. Je suis de Normandie et j’ai trouver une Ecurie ou les chevaux sont sortie tous les jours de 9h30 apres le repas de 9h jusqu’à 17h l’heure du repas de soir il y a de superbe installations en bonne état clôture électrique super bien foin a volontés au près nourrie 2 fois par jour au graine avec complément si besoin pour certains carrière en sable et avec éclairage rond de longe super la propriétaire travaille dans le calme et le respect des chevaux fin une Ecurie vraiment au top du top !!

    2. bonjour ,
      cela m’intéresse également si votre projet est toujours d’actualité 🙂 (selon la localisation bien sûr. je suis à l’ouest de Bruxelles). merci

  2. J’habite également en Belgique (mais pas à Bruxelles). Je confirme que c’est l’enfer ! Et horreur, j’ai un étalon ! Il a beau être parfaitement habitué à cohabiter avec les juments, les étalons et, au pré, avec des hongres, on dirait qu’il incarne le diable. Il doit donc, s’il est toléré, être tenu à l’écart, enfermé, isolé comme un monstre. J’espère pouvoir un jour trouver (ou créer), enfin un endroit où un cheval, et d’autant plus mon étalon, ne sera pas isolé, sans aucune considération pour son bien-être mental (et physique).

    1. Ahlalala… J’ai failli citer l’exemple des gens avec des entiers… Déjà, c’est compliqué avec un trait, mais alors un entier, c’est presque pire ! Oui, il faut créer des endroits nouveaux 🙂

      1. Oui c’est vraiment pas évident avec un entier. Les gens ont tellement de préjugés, ils diabolisent alors que équilibrés et sociabilisés, ils peuvent être plus faciles que bien d’autres chevaux.
        Oui, créer des endroits nouveaux…on espère gagner au lotto 😉

  3. J’ai trouvé en France une pension idéale pour moi, même si pas parfaite
    – Pension pré à l’année avec bonne gestion de la rotation, pâtures nourrissantes mais pas bourrées d’engrais et d’herbe trop riche, clôtures top et bien entretenues, vie en groupe en fonction des besoins alimentaires
    – pension pré box avec boxes nettoyés tous les jours, chevaux sortis 24h en été, la journée en hiver (la vraie journée), en groupe ou seul selon l’envie du proprio, prés herbeux et pas paddocks boueux
    – installations top, manège et carrière entretenus très régulièrement, chemins non boueux, selleries, zones de pansage bétonnées
    – services top, jamais de soucis de manque de foin ou eau, rations données chaque jour (celles de l’écurie ou du proprio), surveillance quotidienne
    – la santé des équidés est la première des préoccupations, même si les maladies de type sme ne sont pas connues, la nourriture est à base de céréales. Mais rien n’empêche de gérer son cheval comme on le souhaite, même au niveau des vermifuges
    – bonne ambiance, bcp de choses organisées dans l’année (stages, cours, concours, sorties rando, plage…)
    – le point le plus important, qui fait que cela fonctionne: chacun est libre de faire ce qu’il souhaite comme il le souhaite (sous réserve de la bonne santé des chevaux). Nous avons donc des gens orientés equitation sportive et à l’opposé des gens plus “naturel” comme moi. Chacun a quelque chose à apporter à l’autre.
    Je suis bien consciente de la chance que j’ai d’y avoir mon poney, j’ai fait plusieurs écuries également et c’est loin d’être pareil partout

  4. J’ai une écurie en tête qui mérite d’être connue : villa valériane dans le 35 près de Rennes.
    Les propriétaires font de leur mieux, quand ils n’ont pas les connaissances, ils essayent de se renseigner et sont ouverts à la discussion.
    Paddock paradise, pré abri ou box, les chevaux ont au moins vue et contact avec leurs voisins (juste des murets séparant) ou alors sont 2 ou en troupeau, de belles installations (2 carrières, Bientot 2 manèges, un rond de longe), bien située, propre et entretenue, de belles clôtures, surveillance 1 fois par jour minimum, cours à prix interessant, ambiance conviviale…
    Franchement, je m’y sens bien, mon poney est bien dans son troupeau en paddock paradise !
    Bref j’espère y rester un moment 😀

  5. Je vous rejoins à 100% sur cet article! J’ai moi même cherché une pension ces derniers mois. J’ai quitté mon ancienne pension ou j’étais depuis 7 ans avec mon cheval (pension très très bien au début mais qui se dégradait de plus en plus, cheval pas sortit du box pendant plusieurs jours, alors que les gérants mentait en me certifiant le contraire… plus possible de monter dans les installations car la fille de la gérante faisait EXPRES de les monopoliser TOUTE la journée.) En plus de ça, j’avais une distance de 50km qui séparait cette pension à chez moi donc bon, une heure de route pour aller et une heure pour revenir pour au final se retrouver en face de quelqu’un qui se fichait royalement de ma tronche… bref j’ai pris mon courage à deux mains et je suis partie en quête de LA pension qu’ils nous fallait. Alors franchement au début, j’étais déprimée… je ne trouvais RIEN de bien, soit ce sont des centres equestres ou limites les chevaux sont par deux en box et ne voit pas le pré de l’année (non merci) soit des pensions de propriétaire/CE avec des installations médiocres (je n’ai jamais vu une écurie dans un tel état… des clous qui dépassent des boxs, des portes qui tiennent à peine, le sol défoncé, même le toit de l’écurie était en mauvais état!) pour presque 400euros/mois…… Au début je pensais vraiment que j’avais des critères trop élévés et que c’était ma faute (au final je voulais juste un endroit ou mon cheval serait sortit tous les jours et un endroit ou je pourrais travailler en sécurité avec des installations correctes. Je m’en fiche de mettre le prix, une bonne pension ça se paye, mais des pensions médiocre à 400 euros, non merci.
    Donc voilà après avoir visiter enormement de choses,(je voulais au moins un manège ou une carrière couverte (habitant dans le Nord Est, c’est pas possible de monter en carrière toute l’année…)) et là, dans le département à coté du mien, j’ai trouvé LA PENSION. Un petit CE dont je n’avais jamais entendu parler, avec une gérante jeune douce et dynamique. Des écuries nickel avec un personnel attentif aux chevaux et des sorties quotidiennes (j’ai demandé directement qu’ils soit sortit tous les jours toute la journée) des clotures impécables… et une magnifique carrière semi couverte! (ils ont en projet de refaire un manège et de couvrir intégralement la carrière) Des propriétaires ultra polis et respecteux… Deux monitrices également (moi qui monte toute seule depuis 7 ans, je vais pouvoir progresser!) waouh quand je suis arrivée la première fois je me demandais ou est ce que j’étais ! (comparé à mon ancienne pension ou c’était devenu la guerre limite…) Ils ont une très bonne vision de l’équitation et du respect des chevaux, il n’y a pas 50 cours dans la même journée avec le même poney, et les chevaux sont remis au pré directement après les cours (je n’ai jamais vu ça dans aucun club que j’ai frequenté) bref tout ça pour dire que vraiment c’est extremement compliqué de trouvé une pension, le monde du cheval est vraiment truffé de gens qui veulent juste se faire du frique et qui ne sont pas qualifiés pour heberger des chevaux…

  6. Hey! En tant que petite bien belge, je peux confirmer tes dires… et lamentations justifiées, j’ai écrit un article similaire il y a quelque temps d’ailleurs 😉 Malheureusement, côté Bruxelles, tu risques en effet de ne pas trouver chaussure à ton pied. Du côté Flandre peut-être un peu plus mais alors, parler néerlandais peut-être un gros plus pour l’ambiance ptdr. Côté Wallonie, tu peux éventuellement trouver ce que tu cherches, enfin, pas tout (si les chevaux vivent dehors, adieu manège couvert ou alors c’est une piste avec un toit par-dessus mais avec les côtés ouverts)… Quant aux chevaux h24 en prairie, même danx le sud du pays c’est pas évident à trouver (dans des prés entretenus s’entend). La chance à saisir ce sont les écuries privées avec 5-6 chevaux qui vivent dehors et sont éventuellement complémentés en box pour éviter les soucis de” qui mange quoi exactement” et une piste, même extérieure, bien pensée et entretenue. ça existe mais c’est rare. De plus, dans ce style de pension, hé bien, il faut sacrément savoir gérer le côté humain qui est… parfois Hiiii- pique :p Courage à vous trois !

  7. A l’auteur de cette article bonjour, n’avez vous jamais pensé à faire de la consultance dans le domaine d’agencement d’infrastructure équestre ? Moi-même gérante d’une écurie et passionnée par mon travail je cherche en permanence à améliorer mes installations et le confort de mes loulous pensionnaires un regard extérieur et de nouvelles idées et solutions selon mon budget et possibilité seraient les bien venues . 🙂

    1. C’est une piste à explorer, en effet. Je pense que ce genre de métier manque en Belgique 🙂
      Si vous cherchez quelqu’un dans ce domaine, je vous conseille vivement de contacter Marie Laure Guénot, des Ecuries du Grand Vallat, elle propose ce genre de services 🙂

  8. Ahlala, tu as mis les mots sur ma pensée, et sur la pensée de beaucoup d’autres… Je serais bientôt en recherche d’écuries et je pense exactement comme toi. Je désespère déjà.

  9. Je me posais la même questions avant de trouver mon écurie idéale (enfin, “ferme” en face d’une écurie) à 15 min de chez moi. Je suis dans la petite couronne de Paris.
    Mais on peut carrément aller plus loin : pourquoi avoir un cheval s’il n’y a pas les infrastructures qui nous conviennent (cheval et cavaliers). J’ai faillis vendre mon cheval ne voulant plus lui faire vivre la vie au box/paddock et ni devoir faire 3h de bouchons pour aller le voir à l’autre bout de l’IDF.
    La chance est heureusement arrivée et je ne compte pas le changer d’écurie, c’est trop parfait (distance, installations sellerie, douche, foin, nourris, prés géants, rotation, pas de surpâturage et carrière en face).
    J’ai très peur de devoir lui trouver une autre écurie si déménagement ou si l’actuelle ferme -touche du bois:p-.

  10. MERCI ! Je me croyais seule, jamais satisfaite, toujours à râler … Mais non, je ne suis pas la seule !
    Cet article est terriblement vrai… J’ai trouvé une pension loin de chez toi ou la gétante accourt des qu’un loulou tousse mais c’est bien la seule et j’ai fait le tour de tout Toulouse je pense …
    Je suis aussi dans un compromis en ce moment, j’ai pas mieux …
    Bon courage à tout le monde, j’espère qu’un jour on pourra offrir le meilleur à nos poneys!

  11. Bonsoir, votre message me réconforte sur les choix que j’ai pu faire, je m’éxplique. J’ai ouvert au public notre petit paradis : 26 hectares de prés, bois, riviére, vallons, un rond de longe… en paddock paradis (en cours de finition). Les chevaux vivent en troupeau, pieds nus. Le foin (de nos prairies) est à volonté dans des filets. Copro a toutes les saisons afin de surveiller le parasitisme, et si besoin intervention au naturel le plus possible. Nous gérons notre lieu sur principe de la permaculture… etc etc etc. Nous avons encore plein de projet afin d’améliorer le bien être des chevaux. Mais je peux vous dire que je passe pour une extraterrestre quand je parle de notre pension, car il y a encore peu de propriétaire de chevaux qui soient vraiment prête à faire le pas… et il manque toujours quelque chose… une carrière et couverte c’est mieux, des trucs et des machins qui coûtent bien trop chers.
    Mais ce que je vois moi ici, c’est des chevaux bien dans leurs pieds, dans leur tête et cela me suffit pour me dire que je suis dans le vrai. Bonne recherche…

  12. Et que dire si tu as un étalon bien dans sa tête, sain, capable de vivre en troupeau de hongres/entiers. Là, ça tient de la masturbation neuronale… :’) Merci pour cet article !

  13. Le problème étant que beaucoup de personnes ont les mêmes exigences que vous mais pas le budget … ce qui n’invite pas les gérants d’écurie à proposer ce genre de prestations.

    1. C’est vrai…
      Mais il y a quand même des gens prêts à payer une pension box entre 400 et 600€. Peut-être que ceux-là mettraient leurs chevaux au pré, si c’était plus agréable pour tout le monde 🙂

  14. Je peux dire que j’ai trouvé une écurie de rêve en Corrèze ! Prés immenses, chevaux en troupeau, carrière géante, manège, rond de longe, chemins de balades (des vrais chemins), des personnes ultra compétentes et un prix défiant toute concurrence. J’avoue que c’est la première fois que je trouve tout réuni en un seul endroit.
    Ce paradis s’appelle Les écuries de la Prade. Et c’est vraiment génial ! 🙂

  15. Les Ecuries d’Aurabelle (Gréoux les Bains, 04, France)
    140 ha dédiés aux chevaux : 40 ha de terres labourables pâturées et/ou fauchées l’été.
    100 ha de parcours en colline, divisés en parcs de 10 ha.
    Une gestion par deux agriculteurs qui gèrent au mieux leurs prairies et parcours pour une alimentation maîtrisée et adaptée.
    Des troupeaux de 5 à 15 chevaux.
    Une carrière, un manège, deux ronds de longe, 12 boxes, 30 km de pistes balisées en privé.
    Accès à des tonnes de chemins de balade
    A mon avis cette écurie à sa place dans votre liste… c’est pour moi le paradis des chevaux.

  16. Personnellement, je suis plutôt mitigé sur le contenu de ton article.
    Étant cavalière de concours et d’extérieur (50-50) aimant la vie en troupeaux pour mes loulous qui vivent chez moi depuis toujours : je comprend parfaitement ce que tu cherches. Et je suis d’accord avec toi sur beaucoup de points.
    Mais arrivé un moment, il faut descendre un peu d’un étage; se rendre compte du budget réel :
    d’un sol stabilisé et de la quantité en surface nécessaire ; connaître le coût de la moindre installation, le moindre terrassement; connaître la nature du terrain qui ne peut pas toujours satisfaire les équidés (chez moi argilo-calcaire, si je voudrais un bon ratio variétale, il me faudrait 6 hectares que pour pâturer mes 4 chevaux, connaître le coût d’un salarié… enfin tout quoi!
    Et je sais de quoi je parle! Ma famille est cavalier extérieur depuis 2 générations et cest mon métier.
    Il faut comprendre que oui: ces pensions existent: MAIS CA COÛTE CHER. Cher pour le cavalier qui doit payer indirectement l’énorme coût d’investissement.
    En tant que future gérante, j’ai lu ton article avec plaisir, car je me documente et j’aimerais faire un système d’écurie entre la performance et le confort. Parfait comme tu le décris.
    Donc quand je suis la fille idéaliste que je suis: je suis pour à 100%; mais quand je suis la fille de cavaliers et d’artisans, qui calcule et se rend compte qu’elle aura jamais les moyens de faire le truc de ses rêves, sur ce coup, je peux pas te laisser dire tout ceci. Car même si j’arrive en 20 ans à investir 100 000€, je n’arriverais pas à la moitié du confort que tu recherche. Pourtant, cest pas les connaissances, ni l’envie qui manque. Et je pense que c’est le cas de beaucoup, dans beaucoup de domaine.

    1. Merci pour ton commentaire. Je comprends ton point de vue – cependant, je souhaite dire que je connais le budget réel, je suis entourée de gérants de structure qui n’ont pas gagné au loto et qui ont construit pas-à-pas leur propre version du paradis équestre =) . Et tu as entièrement raison ! Personnellement, je n’ai pas de problème à faire des sacrifices en payant 300€ par mois ma pension prairie, où les sols sont entretenus, la piste praticable à l’année, et un salarié à temps plein, à 15 mn de Bruxelles. Je trouve cela tout à fait normal, car comme tu le dis : tout cela coûte cher. Et il est nécessaire que l’on rémunère les gens qui sacrifient des années et une tonne d’énergie à créer ce genre d’endroit. Peut-être qu’il faudrait davantage sensibiliser les propriétaires à ce coût-là ? Bref, je te souhaite beaucoup de courage dans ton projet de création d’écurie. C’est un beau métier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *