La jungle humaine équestre, une aventure hors-normes

Salut Internet.

Si vous je dis : vous aimez les gens, vous ? Percevez-vous la communauté équestre comme bienveillante ? Ressentez-vous des difficultés à gérer les gens de chevaux ? Les cavaliers sont-ils des gens tolérants, ouverts et respectueux les uns envers les autres ?

Et que vous répondez non, non, oui, non… a priori on est dans le mec sac, les amis 🙂

Pour ceux qui ont répondu exactement l’inverse, je suis preneuse de vos techniques, de vos bonnes vibes, et de vos commentaires pour partager du love et des licornes. Le cynisme est une maladie qui rôde pas mal ces derniers temps. Combattez le cynisme avec moi.

Les cavaliers sont-ils particulièrement casse-burnes ?

Vaste question à laquelle personne n’a réellement de réponse. Tout ce que je peux dire, c’est qu’on doit en tout cas faire partie du top 5 des communautés les plus reloues, de mon point de vue parfaitement objectif et après une analyse strictement empirique (lol).

C’est vrai que… Y’a quand même beaucoup de fous dans ce milieu, non ? Allez, ne me dites pas que vous n’avez pas une histoire abracadabrantesque qui surgit dans vos pensées à cet instant précis. Entre les gens qui vivent apparemment en 2019 et qui pensent que les chevaux ne ressentent pas la douleur, les gens complètement paranos (un spécimen bien trop invasif dans le milieu équestre), les jeunes filles aux 100000000000 followers qui donnent des conseils dangereux, les collègues d’écurie qui ont clairement un grain et que tout le monde gère comme le code nucléaire, l’équitation, c’est une jungle humaine redoutable.

Puis disons-le, s’il vous plaît…

LES GENS QUI FONT MONTER LES CHEVAUX A COUP DE BALAI DANS LE VAN

A-COUP-DE-BALAI

Non mais, est-ce que l’équitation est le seul sport qui s’est arrêté au 17ème siècle ? Ça expliquerait quelques éléments sur la psychologie du cavalier moyen…* 🧐

Bon j’essaye de revenir un tout petit peu à quelque chose de sérieux.

Les cavaliers sont attirés souvent par les chevaux parce qu’il y a un petit quelque chose névrosé au fond de leur petit cœur*, et que le cheval arrive là-dedans un peu de façon thérapeutique, sans même qu’ils ne s’en rendent compte dans la majorité des cas.

Entraîneur, ou psychologue spécialisé en cavalier

Evidemment, avant d’entamer ce paragraphe, je me dois de souligner qu’il y a énormément d’élèves extraordinaires et géniaux qui progressent de fou et font tout pour apprendre. On peut même s’en faire des amis parfois, et ça c’est beau.

La famille Je-Te-Paye-Donc-Tout-M’est-Dû

Mais quelques cas redondants ont tendance à devenir sclérosants pour nos petits cerveaux d’entraîneur (je rappelle, que, les cavaliers pros/entraîneurs sont l’élite des cavaliers psychologiquement atteints, puisque on a poussé le bouchon assez loin pour en faire notre métier – les vrais énormes tarés, en vrai, sont ceux-là). Par exemple, les cavaliers qui n’ont pas compris que vos conseils sont valables durant votre leçon ou votre consultation, mais que vous ne pouvez pas appeler votre prof à 21h un dimanche soir pour lui demander 125 conseils 🤓. Tout comme vous avez le droit de prendre cours avec qui vous voulez, tout comme vous avez le droit d’acheter une baguette à un autre boulanger que celui chez lequel vous avez vos habitudes (une image de Thomas Stempffer que je lui vole en tout bien tout honneur) 🙃.

La famille Tout-Tout-De-Suite

Le cas qui a tendance à faire grincer des dents beaucoup de monde, c’est le cavalier de la famille Tout-Tout-De-Suite. Celui-là, il vous appelle pour un “gros problème d’embarquement dans le van“, mais il attend que vous soyez sur place pour vous dire que le concours est demain, et qu’il est très déçu de votre prestation, puisque le cheval n’est toujours pas dedans et qu’il FAUT qu’il aille au concours demain. Déjà, Ginette, tu vas te calmer, de 1) ton concours Club 3 il ne va pas sauver l’humanité, et de 2), change de sport si tu veux que tout se passe quand tu le veux, comme tu veux. J’ai des milliers d’exemples que je serai ravie de partager avec vous. Il y a celui qui juge de votre recette sans l’appliquer jusqu’au bout. Genre, vous décidez si votre recette de moussaka est dégueu avant d’avoir cuit les aubergines ? NON ? Ben c’est pareil avec le cheval. Sinon, Deliveroo ou Uber Eats ça marche. Mais chez les chevaux, on n’a pas encore inventé de robots. Déso.

La famille Chakra-Fatigué

Un autre cas intéressant, qui fait survoler votre cœur de l’empathie et de l’attendrissement, vers un agacement profond qui vous donne envie de coller des tartes à quelque chose, c’est la famille Chakra-Fatigué.

C’est ceux qui ont beaucoup d’explications métaphysiques au fait que son cheval vient de baisser l’oreille droite plutôt que l’oreille gauche, cligner les deux yeux en même temps plutôt que l’un après l’autre, ou qu’il regarde le cheval gris plutôt que le cheval bai. En fait, les planètes se sont alignées, ce qui fait qu’un enchaînement inédit et rarissime d’évènements qui déclenchent une prophétie très connue sur Neptune, fait que baisser l’oreille droite, cligner les deux yeux, et regarder le cheval gris signifie que Voldemort va revenir parmi nous et que nous devons brûler de la sauge pour que Caramel arrête de nous bousculer.

En fait, Caramel nous écrase, à cause de cette prophétie… Une révélation brutale pour les pros du cheval qui ne sont clairement pas spécialistes en planètes. Un conseil : calmos sur la drogue. C’est pas très bon pour vous, je dis ça comme ça.

La famille J’ai-Lu-Un-Article-Qui-Dit-Que

Le cas que tout bon cav pro rencontrera dans sa vie, c’est la famille J’ai-Lu-Un-Article-Qui-Dit-Que, qu’on appelle aussi Untel-Ferait-Plutôt-Comme-Ca, ou encore Oui-Mais-Ca-Ne-Marchera-Pas-Avec-Caramel. En gros, c’est le cavalier qui discute tout ce que vous dites, tout ce que vous proposez, parce qu’il a lu sur Doctissomo sur internet mille mauvaises solutions à son problème, mais qu’il est quand même largué tout seul, et que donc il vous appelle, mais qu’en gros il vous explique comment faire votre métier (alors même que, je le rappelle, il est complètement largué). On ne lui en veut pas, les temps modernes et cette quantité absurde d’information complètement pas nécessaire et malvenue peut perturber plus d’un cavalier. On ne lui en veut pas, mais il nous fait sérieusement grincer des dents. “Souris, et pense à l’Angleterre”, dirons-nous.

“Pauline eh ben elle a plein de clients parce qu’elle sait gérer les gens, c’est touuut heinnn”

Ça c’est la petite histoire personnelle qui m’a vexée donc je suis ravie de me plaindre un peu. Il est arrivé, très peu, je vous rassure, que quelques confrères (peut-être un tantinet jaloux*, j’en sais rien je dis ça comme ça) disent à d’autres confrères que mon INCROYAAAABLE succès (WOOOAA je vous calme : ceci est une BLAGUE, ça s’épelle B-L-A-G-U-E et ça signifie que je RIGOLE comme dans le verbe rigoler si vous connaissez, la définition est dans le Larousse) était dû uniquement au fait que…

Je suis suuuuper boooonne en communication, qu’en vrai je sais gérer les gens et que voilà, c’est ça qui fait que j’ai des clients – pas mes compétences, ô bon Dieu ça non, on ne va pas reconnaître entre professionnels que d’autres peuvent être tout à fait compétents. Surtout quand ils disent des choses différentes, ça veut forcément dire qu’on est de gros nazes MAIS super bons en com, ça c’est sûr.

Outre le fait que c’est évidemment légèrement vexant, cette petite anecdote est surtout représentative de l’incroyable tolérance, douceur, amitié et respect mutuel si commun au sein de cette étrange espèce qu’on nomme l’être humain.

Devenir professionnel, c’est s’aventurer dans une jungle que même le meilleur joueur de Temple Run ne saurait défier (est-ce déjà une ref de vieux ? je ne sais plus). Accrochez bien votre ego, emballez-le soigneusement dans un joli papier cadeau, et balancez-le du haut d’une falaise, et oubliez-le à jamais. (Une sorcière magnétiseuse rebouteuse peut aider dans ce genre de cas.)

J’essaye de terminer sérieusement.

J’essaye, je vous promets, mais c’est plus fort que moi, ça me démange.

J’ai déjà parlé d’internet (jpp d’Internet) et de ses joyeuses dérives. Un conseil : n’écoutez jamais un conseil qui vient d’Internet. (j’espère que cette blague sera saisie par au moins 50% de mes lecteurs, sachant que souvent seuls 10/15% des gens lisent un article jusqu’au bout, je suis mal).

Si un psychologue lit cet article, j’aimerais vraiment que quelqu’un se penche sur le cas des cavaliers. J’ai entendu/vécu tellement d’histoires complètement absurdes, qui dépassent l’entendement d’une force assez brutale, et qui concernent autant le traitement fait aux chevaux que le traitement fait aux gens, que j’aimerais très fort qu’une étude soit faite sur les cavaliers. Elle s’appellerait “The Psychology of Horse-Riders: A Tale Of Fuck*** Crazy People Who Think Their Horses Are Therapists” (ouais parce que les articles scientifiques stylés ils sont toujours écrits en anglais), et elle expliquerait pourquoi est-ce qu’on rassemble un pourcentage aussi concentré de fou que de chevaux PSSM dans le cheptel des traits bretons (60%). #blaguedecavalierlol

Allez, sur ce, je vais aller voir mon psy.

*PS : article écrit avec 100% d’ironie et de second degré. Je précise, parce que les Anges de la Téléréalité n’ont pas que fait du bien aux cerveaux de ce monde. Et pour saisir le second degré, un cerveau fonctionnel est plutôt nécessaire**. Et puis Internet aussi. Cœur sur vous, et big up à ceux qui n’avaient pas saisi l’ironie du message.

**PS 2 : il est possible qu’un certain snobisme habite mon corps. Mais ce n’est pas de ma faute, c’est un démon qui s’est emparée de moi quand j’étais petite, lorsque je vivais dans une certaine contrée nommée Paris. Elle est très dangereuse et réputée pour le fait de démoniser ses habitants, les rendant terriblement arrogants et snobs. Je lutte contre chaque jour, notamment en essayant de chopper des démons belges, nettement plus chill, mais ça persiste, cette Démonie.

7 thoughts on “La jungle humaine équestre, une aventure hors-normes

  1. Elle est mignonne ! Des coups de balai pour mettre les chevaux dans le van, chez nous ils prennent la fourche ! Réputée pour être plus efficace 🙄
    Je tiens à dire que… Roulement de tambours… Quand on dit à quelqu’un qu’on est cavalier (cavalière ici), les gens en question lèvent les yeux au ciel et souffle (parfois la relation s’arrête là), de là à mettre en cause la réputation des cavaliers… Enfin moi je dis ça… Je dis rien ! 😜

  2. Coucou encore un super article!! Plein d’humour et tellement réel!! Ce monde que j’ai quitté il y a 15ans ,est rester assez égocentrique ! Je ne comprends toujours pas!
    PS: la remarque sur Pauline qui est très bonne en communication. Finalement est adapté à la réalité des cavaliers. Parce que c’est l éducation du cavalier qui faut revoir . Le cheval n’y ai pour rien. Comme je dis il ne faudrait plus de moniteur d’equitation! il faudrait des éducateurs de Cavaliers ! Cela ferait avancer les choses et les mentalités ! 🙂 et enfin les nouveaux professionnels surtout femmes seraient mieux acceptés pour leurs compétences équestres!!
    Enfin ça c’est pas pour tout de suite!! 😉

  3. Faire embarquer à coups f3 balais… Je l’ai eu vu souvent hélas… 😑 Spoiler alert (lol) : ça ne fonctionne pas.

    Personnellement, je ne saurais pas dire qui est le plus casse-burnes entre les pros et les clients. 😂 Je suis ravie d’avoir temporairement quitté le monde du cheval d’un point de vue pro et de faire un break… 🐴😑

  4. Excellent, cet article ! Je l’ai lu jusqu’au bout, of course…j’ai bien ri parce que j’y retrouve autant de cavaliers sympa ou chiants que de bons ou mauvais moniteurs ! Mais il faut continuer à en rire, ne pas laisser tomber l’autoderision…ça sauve la vie !

  5. Tellement vrai! Il faut vraiment aimer les chevaux et avoir une sacrée dose de psychologie et de détachement pour supporter les cavaliers parfois! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.