JEM : Mornes Journées d’Equitation ?

Ouiiii je sais… Mais pourquoi je parle en novembre d’un truc qui s’est passé en août ? Les règles du journalisme, bor*** ! T’as fait Infocom pourtant ! Oui, mais moi, j’ai un mémoire à écrire et des poneys à monter.

On a lu plein de retours de toute nature à propos de ces JEM frenchy. Je n’en retiendrais qu’un : celui d’Eugénie Cottereau, Madame reponsable-de-l’expansion-du-Saddle-Fitting-en-France (c’est le mal) et dont la plume égalise souvent les meilleurs.

Un rêve déchu. Le frac Pikeur, le sourire sorciè... Freedent, le KWPN noir.
Un rêve déchu. Le frac Pikeur, le sourire sorciè… Freedent, le KWPN noir.

 

Les JEM, ce sont un peu les journées dont je rêvais au lycée. Wouah nan mais Totilas c’est trop un “extraterrestre” quoi. Le rêve, une journée de défilé d’extraterrestre domptés par des mâles hollandais à l’allure de Ken du Nord. Avec les muscles et le sourire Freedent. Je rêvais secrètement de pleurer lorsqu’on me remettrai la médaille d’or, dans un frac Pikeur trop stylé et avec un beau KWPN noir qui fera mine d’être un peu chaud pendant le tour d’honneur, genre “ouh put*** j’ai eu un peu peur, mais comme tu es trop forte tu m’as trop maîtrisé, cavalière !”, avec Kamel Boudra, sympathique, pour dire quelle incroyable battante je suis.

 

Ouais. RIP, veille mentalité dénuée de toute connaissance en biomécanique et en psychologie équine. Un nouveau cerveau en place, j’ai eu la chance de me voir invitée à Caen pour le para-dressage, le cross et le CSO du CCE. Bizarrement, comme je n’assistais pas au dressage, j’y suis allée sans a priori. ERREUR. Petit résumé organisé :

Para-dressage : franchement, honte à moi, j’avoue n’avoir pratiquement jamais regardé le para. J’étais donc assez curieuse de voir le niveau d’équitation proposée. J’ai assisté aux grades II  et Ia/Ib. Sachez que ce sont les handicaps les plus graves. Les spectateurs commentant discrètement le physique des cavaliers, j’ai fait le constat glauque que la majorité d’entre eux s’ennuyaient. Les reprises sont uniquement au pas, voire au trot pour le grade I. Peut-être n’ai-je pas compris la prouesse dont ces cavaliers font preuve. Sûrement, même. Mais pourquoi ne pas accompagner le public ? Pourquoi ne pas rendre ça ludique et intéressant ? POURQUOI ? Soyons franc : j’ai uniquement eu l’impression de faire une bonne action en regardant l’intégralité de l’épreuve. Et je trouve ça tellement triste, que j’en ai honte. Concernant le grade II, on a déjà de vraies reprises avec parfois du galop. Cette fois, ce qui est glauque, ce sont les méthodes d’équitation : droite-gauche, tire-pousse, je fais “céder” mon cheval parce qu’il regarde la cabine du jury avant d’entrer sur le carré, bref, c’était moche, pas beau, mais au moins il se passait quelque chose. Bref, grosse déception concernant cette discipline. Je n’ai pas vu les grades plus élevés, et je le regrette un peu ; difficile de me faire une opinion pertinente.

CCE – Cross : aaaaah, le cross… En bonne angevine, j’ai rarement raté une édition du Mondial du Lion. J’adore le cross, je trouve ça complètement fou, et on y voit souvent de très belles équitation, très raffinées. On voit aussi des techniques un peu spéciales, dirons-nous, mais je retiens le positif. J’aime mieux la mentalité du CCE que celles du CSO ou du dressage. Bref ! Le cross était au Haras du Pin, donc contexte magique. On arrive en haut d’une butte, c’est assez majestueux et l’excitation est à son comble.

C'est terrible, faut l'avouer.
C’est terrible, faut l’avouer.

Le soufflé retombe à l’étage organisation. Le village… Quel village ? Ah ! Ce tas de boue et de stands ? Je préfère de loin celui du Lion. Pour se nourrir, bon courage, j’ai fait 1h30 de queue pour quelques frites. POURQUOI ? Le sacrifice de la bouffe, c’est horrible. Ne faites plus jamais ça.

Non franchement, rien à la hauteur d’un tel évènement. Nous n’avons pas eu de problèmes de circulation, étant partis assez tôt, mais j’ai cru comprendre que d’autres ne sont jamais parvenus à destination. Focalisons-nous donc sur l’essentiel : les chevaux. Déjà, on voit absolument de tout : muserolles de tout genre, mors de tout genre, association mors/ennasures de tout genre, l’inventivité est une qualité répandue par ici.

Je ne me rappelle plus le nom de ce cavalier italien, mais en tout cas si c'est vraiment un Liverpool qu'il a... Beurk...
Je ne me rappelle plus le nom de ce cavalier italien, mais en tout cas si c’est vraiment un Liverpool qu’il a… Beurk…
L'échec n'est pas confirmé car je n'ai pas pris de photo ensuite. Mais de même... Qu'est-ce que c'est que cette embouchure ?
L’échec n’est pas confirmé car je n’ai pas pris de photo ensuite. Mais de même… Qu’est-ce que c’est que cette embouchure ?

Mais on a aussi des filets simples, des mains douces, des chevaux guerriers et motivés.

Ce passage était beau, léger, harmonieux et l'équipement aussi. Vive Obama.
Ce passage était beau, léger, harmonieux et l’équipement aussi. Vive Obama.
Un équipement light, mais le cheval se défendait pas mal - mieux vaut ne pas cacher la misère.
Un équipement light, mais le cheval se défendait pas mal – mieux vaut ne pas cacher la misère, et travailler.

Sandra Auffahrt, par exemple, a vraiment montré que les allemands ne sont pas tous des tyrans férus de méthodes militaires et pas drôles, mais qu’ils savent monter à cheval. L’assiette presque parfaite, la main complètement indépendante du reste du corps, c’était vraiment admirable. De même pour Andrew Nicholson, Mark Todd (malgré sa chute) et William Fox-Pitt. Franchement, chapeau. Le terrain était dégueulasse et ils ont vraiment prouvé leur niveau. Spécial big-up à Rodolphe Scherer qui a fait pleurer tout le monde à peu près.

Ah et aussi, les gens sont fous.

Dans toute la splendeur frenchy possible.
Dans toute la splendeur frenchy possible.
Des... Finlandais je crois ?
Des… Finlandais je crois ?

Quelques photos pas trop pourries :

Ils sont passés quand même...
Ils sont passés quand même…

#Coudehache Sur le gué Land Rover.

Discrète, la caméra.
Discrète, la caméra.

IMG_7937 IMG_7860 IMG_7811 IMG_7797 IMG_7796

Je l'ai trouvé poétique, face au stand FFE...
Je l’ai trouvé poétique, face au stand FFE…

CSO du CCE : j’ai rarement autant apprécié une épreuve de CSO. Le suspense était à son comble jusqu’au dernier passage. C’en était éprouvant. Une fois encore, on a vu de tout : des cavaliers torturer leurs chevaux, comme des Sandra Auffahrt en puissance. C’était très intéressant, mais en même temps un peu désolant : à ce niveau, on ne devrait voir QUE des Sandra Auffahrt, ou au moins, pas d’actions brutales.

Thumbs down pour ce Suisse qui a les mains très mal placées à chaque obstacle à peu près.
Thumbs down pour ce Suisse qui a les mains très mal placées à chaque obstacle à peu près.
La légèreté dans toute sa splendeur. Sur l'ensemble des photos, ça tire sur la bouche.
La légèreté dans toute sa splendeur. Sur l’ensemble des photos, ça tire sur la bouche.
Ce cavalier allemand a fait un super beau parcours, suivant harmonieusement la bouche de son cheval. C'était très joli.
Ce cavalier allemand a fait un super beau parcours, suivant harmonieusement la bouche de son cheval. C’était très joli.
Il faudrait peut-être songer à s'occuper du réglage du hackamore...?
Il faudrait peut-être songer à s’occuper du réglage du hackamore…?
Notre américaine, même équipement, et à nouveau une équitation respectueuse.
Notre américaine, même équipement, et à nouveau une équitation respectueuse.

Le moment qui m’a le plus marquée était clairement la remise des médailles. Non, non, pas pour l’émotion suscitée par mes rêves de larmes de joie en frac Pikeur sur un KWPN surréaliste… Mais pour le comportement des chevaux avec leurs grooms respectifs. Chevaux hollandais : le stress total, ça bouge dans tous les sens, (pour faire une petite référence Parelliesque : total RBE les mecs), c’est bondissant, bref c’est du kawépéène qui n’a sûrement pas goûté du carrot stick – ou qui ne connait que son rôle d’athlète. Chevaux allemands : totalement placides. Cool, ouais l’habitude des victoires vous savez… Ca vous blaserait presque un peu. Ils regardaient tranquillement leur environnement, comme si rien n’était plus normal que ça. La groom de Sandra Auffahrt a d’ailleurs longuement caressé son cheval. C’était trop mignon.

C'est pas champion olympique, mais c'est déjà pas mal petit gars.
C’est pas champion olympique, mais c’est déjà pas mal petit gars.

Mon unique regret : je crois que pas un seul n’avait pas de muserolle serrée au max. POURQUOI ?

Le village : passez votre chemin… A part le stand Stübben qui déborde de produits géniaux (où officie Eugénie Cottereau) et la carrière où se déroulait les démos… Bienvenue à l’Equestrian Shopping Mall dont vous rêviez, mais sans le toit et la boue en bonus. Clairement, on se sent un peu au Salon du Cheval de Paris : ça manque cruellement de chevaux et d’animations, mais si vous avez envie d’acheter un 100ème licol… Pourquoi ne pas avoir organisé des conférences ? Ou bien proposé l’accès à des infos sur les athlètes ? Pourquoi est-ce que “village” doit automatiquement vouloir dire “achats” ? Concernant les démos, on a vu un peu de tout. J’ai été mitigée lorsque j’ai vu Magdalena Pommier. Difficile de me faire une opinion : autant c’est assez joli globalement, autant y’a encore du noseband étouffe-chrétien, et quelques actions de main qui me laissent penser que le travail à la maison n’est pas celui dont je rêve, additionné à une tendance franche de son beau Lusitanien à s’enfermer.

IMG_7180

POURQUOI ? La preuve, une fois en liberté, tout se reproduit à merveille. Alors pourquoi utiliser des outils coercitifs qui ne servent, en plus, à rien ? J’ai raté Andy Booth, que je connais d’ailleurs mal.

IMG_7192

IMG_7315

Bref, le bilan : probablement que je ne ferais pas le déplacement la prochaine fois, mais je ne regrette pas de l’avoir fait. Je ne connaissais pas, je suis contente de l’avoir vécu une fois, mais ça me suffira bien.

Partager l'article
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.