[FR/EN] Entretien avec Anna Marciniak – Interview with Anna Marciniak

Anna Marciniak est une cavalière bien à part. Son approche, qui m’a toujours beaucoup intriguée, est tout à fait différente de ce que l’on peut observer aujourd’hui. Ce mélange de développement personnel, de yoga, de dressage et de clicker vaut le détour. Puisque je voulais en savoir plus, je lui ai posé quelques questions. Voici ses réponses 🙂

DSC62962

L’entretien est en anglais, mais la traduction se trouve sous chaque paragraphe 😉

D’un cheval l’autre : Could you tell me more about your life path? How did you get where you are today, how did you got into work with horses?

Peux-tu m’en dire plus sur ton parcours de vie ? Comment es-tu arrivée où tu es aujourd’hui, comment t’es-tu mise à travailler avec les chevaux ?

Anna Marciniak : Every path has its starting point. This starting point is the accelerator of our further journey. All we do later starts from this first moment when we want to be around horses and to be with horses. For me, this very first moment happened in the earliest childhood, when I was dreaming about having a little pony that I said I would had kept tied to the tree by my house, as we didn’t have a stable and no-one in my closest family was even interested in horses. This desire didn’t feel like a fairytale or a dream to come true, I remember the Calmness I felt when speaking about it and that everything felt like already completed, it simply needed some time. It had nothing to do with the anxiety or unsureness when we think about something good that we hope for but we are uncertain if this would really happen. I was sure, I knew, I just had to wait. I believe that these were the first moments when in my Life I experienced connection to my path…

Chaque chemin possède son point de départ. Ce point de départ est l’accélérateur de la poursuite de notre voyage. Tout ce que nous faisons plus tard provient de ce tout premier moment où l’on veut être entouré de chevaux, et être avec les chevaux. Pour moi, ce tout premier moment est survenu pendant la petite enfance, lorsque je rêvais d’avoir un petit poney que je garderai attaché à l’arbre à côté de ma maison, puisque nous n’avions pas d’écuries, et que personne au sein de ma famille n’était intéressé par les chevaux. Ce n’était pas un désir semblable à un conte de fées ou un rêve à réaliser. Je me rappelle de la quiétude que j’ai ressentie lorsque j’en parlais, tout se ressentait comme déjà accompli, il y avait seulement besoin d’un peu de temps. Cela n’avait rien à avoir avec l’anxiété ou l’incertitude qu’on peut ressentir lorsque l’on pense à quelque chose de bien qu’on espère voir se réaliser, mais dont on est incertain que cela se réalisera. J’en étais sûre, je le savais, je devais juste attendre. Je crois que ce furent les premiers moments où dans ma Vie, j’ai expérimenté une connexion à ma voie…

D’un cheval l’autre : What does a typical day in Anna Marciniak’s stables look like?

A quoi ressemble une journée classique aux écuries d’Anna Marciniak ?

15134729_10209715764563806_7341050456686409195_n

Anna Marciniak : Typical days are very un-typical. Every day is different, everyday has it’s own character, like a person that we meet in the park, and every day supports fulfillment of different actions and realizations of different plans. To tune to the given day energy we start our days with BodyMarc, then we validate our connection to ourselves and our bodies through the practice of BodyMarc Effortless Asanas Technique and only then we are ready to continue to validate it even further during the time we spend with our horses. As the day evolves it gives us feedback, and we change upon this feedback, meaning that we may start the day with some sort of a plan, but this plan is very flexible and we allow ourselves to change it with lightness. There are also periods that should be dedicated towards resting, and we honor them and want to also explore what they will offer us to the fullness. Living such a Life feels very natural, easy and effortless to the ones who live it, but on the outside may look quite changing and inconsistent. And this is good. I allow myself to seek connection with myself, and I allow myself to live a Life that expresses it on the outside of me. And horses support me in this greatly.

Sometimes we start the day very early before 5AM and I spend two hours with horses on the paddock, giving them their morning hay, breakfast and just resting together turning to the upcoming day, sometimes we have days and weeks of rest and sometimes we dive deep into dressage exercises, groundwork, long-reining or we spend hours in the forest close to the hard riding or walking in-hand. I allow myself to seek myself in everything I do, and because of that everyday is totally different.

Les jours typiques sont véritablement a-typiques. Chaque jour est différent, chaque jour possède son propre caractère, comme une personne que l’on rencontre dans un parc, et chaque jour est le soutien de la réalisation d’actions et de plans différents. Pour nous accorder à l’énergie de chaque jour, nous débutons nos journées avec BodyMarc (méthode proche du Yoga développée par le mari d’Anna), puis nous validons notre connexion à nous-mêmes, et à nos corps, à travers la pratique de la technique BodyMarc Effortless Asanas, alors seulement nous sommes prêts à valider cette connexion au cours des moments passés avec nos chevaux. Au fur et à mesure, la journée nous renvoie des retours, et nous changeons en fonction de ces retours ; cela signifie que nous pouvions commencer le jour avec une sorte de plan, mais que ce plan est très flexible, et que l’on se permet de le changer avec douceur. Il y a aussi des périodes qui devraient être dédiées au repos, et nous les honorons, et nous voulons aussi explorer ce qu’elles nous offriront jusqu’à la plénitude. Vivre une telle vie est très naturel, facile et sans efforts, mais de l’extérieur, cela peut avoir l’air très changeant et inconstant. Et c’est une bonne chose. Je me permets de chercher une connexion avec moi-même, et je me permets de vivre une vie qui l’exprime à l’extérieur aussi. Et les chevaux m’aident en cela énormément.

Parfois, nous débutons notre journée très tôt, avant 5 heures, et je passe deux heures avec les chevaux au paddock, leur donnant le foin du matin, le petit-déjeuner et juste me reposer avec eux en attendant la journée à venir, parfois nous avons des journées et des semaines de repos, et parfois on se plonge tout à fait dans des exercices de dressage, travail au sol, longues rênes ou alors nous passons des heures dans la forêt en pratiquant une équitation sportive, ou alors nous marchons en main. Je m’autorise à me trouver dans tout ce que je fais, et grâce à cela, chaque jour est totalement différent.

D’un cheval l’autre : I know you are invested a lot in body awareness. Which sport do you practice, and why? How does it have any benefit with horse training?

Je sais que tu es très investie dans le travail de conscience corporelle. Quel sport pratiques-tu, et pourquoi ? En quoi cela a-t-il des effets bénéfiques sur l’entraînement des chevaux ?

Thank you for this very important question. I used to be a very active person, doing many sports and activities like yoga and balance exercises on the fitness balls. Thanks to the BodyMarc practice, which is our technique of expanding real body awareness, I discovered that everything I did before were exercises and tricks, and that real body awareness is very different from it. BodyMarc allowed me to discover that real body awareness is based on the amount of access that we have to our body, the real body that we have today, like awareness of the organs, awareness of the muscles of the jaw, awareness of the stomach inside of our body and how changes of the muscles around it, inside of the body, influence the whole environment and our horse as well. I am now on the journey towards deepening my understanding of this direction, therefore I gave up on everything I was doing previously. I discover that with the BodyMarc practice, even though I do not practice my usual balancing exercises on the balls, etc, my balance in the saddle has improved in the ways I cannot even start to describe and that I find everything lighter to accomplish and more fun, also such things like taking care of the tack (and with 8 horses it can be a lot of daily work) or regular choirs at the stable.

Merci pour cette question très importante. J’étais auparavant une personne très active, pratiquant beaucoup de sport et d’activités comme le yoga, ainsi que des exercices d’équilibre sur des balles de fitness. Grâce à la pratique BodyMarc, qui est notre technique pour développer une réelle conscience corporelle, j’ai découvert que tout ce que je faisais avant étaient des exercices et des trucs, des artifices, mais que la réelle conscience corporelle est très différente de cela. BodyMarc m’a permis de découvrir que la véritable conscience de notre corps est basée sur l’accès que l’on a à notre corps, le vrai corps que l’on a aujourd’hui, incluant la conscience des organes, des muscles de la mâchoire, de l’estomac en nous, et comment les muscles autour changent dans le corps, influencent tout l’environnement ainsi que nos chevaux. Je suis maintenant sur le chemin de l’approfondissement de ma compréhension de cette perspective, donc j’ai arrêté tout ce que je faisais avant. J’ai découvert qu’avec la pratique de BodyMarc, même si je ne pratique plus mes exercices habituels sur les ballons, mon équilibre en selle s’est amélioré dans des proportions que je ne peux même pas décrire. Je trouve tout plus léger et facile à accomplir, plus sympa, et même des choses comme prendre soin de l’harnachement (et avec 8 chevaux cela peut-être un travail quotidien imposant).

D’un cheval l’autre : Do you usually recommend riders to workout more?

Recommandes-tu généralement aux cavaliers de pratiquer plus de sport ?

Anna Marciniak
Anna Marciniak, cavalière de dressage travaillant en renforcement positif, pratique énormément de sport pour améliorer son équilibre.

In my work as a trainer I see beautiful people who do a lot of sports, and I see how the ideas from the sport environment are influencing their bodies and mind-set. If we do sports with an attitude that we lack something, that our body is a project that we can influence, change, attack, if we don;’t listen to pain or discomfort and think their appearance means that we achieved progress – later, we come with the same attitude to our horses, and they have to help us to release all these convictions to simply save ourselves, to save our lives, to not destroy ourselves before we are ready to connect to a horse.

To all my students I only recommend one activity: BodyMarc, simply because I know how much it is helping and bringing the real change to the human body and how much this change is later validated by the horses.

Dans mon travail en tant qu’entraîneure, je vois des gens beaux qui font beaucoup de sport, et je vois comme les idées provenant du milieu du sport influencent leurs corps et leurs états d’esprit. Si l’on fait du sport parce que l’on a le sentiment d’un manque, que notre corps est un projet que l’on peut infuencer, changer, attaquer, si l’on n’écoute pas la douleur ou l’inconfort et que l’on pense que son apparence signifie que l’on a progressé – plus tard, on aura la même attitude avec nos chevaux, et ils devront nous aider à nous libérer de toutes ces convictions pour nous sauver nous-mêmes, sauver nos vies, pour ne pas nous détruire avant que l’on soit prêts à se connecter à un cheval.

Je recommande une activité à tous mes étudiants : BodyMarc, simplement parce que je sais combien cela aide et apporte un réel changement au corps humain, et combien ce changement sera validé plus tard par les chevaux.

D’un cheval l’autre :  If you had one motto, one catchphrase that should define your everyday philosophy with horses, what would it be?

Si tu avais une devise, un slogan qui définirait ta philosophie quotidienne avec les chevaux, qu’est-ce que ça serait ?

Dare to change! 🙂

Osez changer !

D’un cheval l’autre : In dressage, how do you proceed to train a horse? Do you rely on one or another particular school/philosophy or do you create your own dressage approach?

En dressage, comment gères-tu l’entraînement d’un cheval ? Te reposes-tu sur une technique ou une école particulière, ou bien crées-tu ta propre approche en dressage ?

12728784_10207390668797865_7806196252065173756_n

I used to be very interested in the Classical Dressage principles and Legerete, the French term standing for lightness and seeking lightness while riding. Riding should be expression of lightness and when it does, it becomes an art. We call art something that inspires the observer, when someone is changed by something he looks at – we call it art. We can look at the most beautiful painting but if it doesn’t change, move or inspire the observer, it is just a painting and not an art. Horse riding is meant to be an art, but no art can be born in a meaningless way. We cannot create beauty out from ugliness.

My heart feels especially close and passionate about the Riding in Lightness, but my way towards lightness in the saddle leads through lightness of being. We cannot call lightness something that is started from a kick or conviction that the horse “has to respond”, this is not lightness. Lightness is born out of lightness, and it has to start from us, our approach and how we see ourselves, the horse and the process of riding when we are together.

Auparavant, j’étais très intéressée par les principes du Dressage Classique et de “Légèreté”, le mot Français pour légèreté et la recherche de la légèreté pendant que l’on monte. L’équitation devrait être l’expression de la légèreté et lorsque c’est le cas, cela devient un art. On appelle art quelque chose qui inspire l’observateur, quand quelqu’un est transformé par quelque chose qu’il regarde – on appelle cela de l’art. On peut regarder les plus beaux tableaux mais si cela n’apporte ni émotion, inspiration ou changement à l’observateur, il s’agit juste de peinture et non pas d’art. L’équitation est censée être un art, mais aucun art ne peut naître d’une façon vide de sens. On ne peut pas créer de la beauté à partir de la laideur.

Mon coeur se sent particulièrement proche et passionné par l’Equitation en Légèreté, mais ma façon de parvenir à la légèreté en selle passe par la légèreté d’être. On ne peut pas appeler légèreté quelque chose qui débute par un coup, ou une conviction que le cheval “doit répondre”, ça n’est pas de la légèreté. La légèreté naît dans la légèreté, et cela doit commencer par nous-mêmes, notre approche, et comment l’on se considère, nous, le cheval et l’équitation lorsque nous sommes ensemble.

D’un cheval l’autre : What do you think about working on the ground? Why is it important to you? How can it be beneficial?

Que penses-tu du travail au sol ? Pourquoi est-ce important pour toi ? En quoi cela peut-il être bénéfique ?

12715346_10207390668837866_1998477606496402701_n

I very much love groundwork, and I believe that it’s a wonderful way of introducing ourselves to the horse, and allowing the horse time and space to find trust to introduce his true self to us. GroundWork and spending time together is like catching this first thread of connection, when we have it later everything is possible… we can wave it together in any direction we desire. But first we have to know who will wave it with whom. First, we have to know who we really are. And groundwork, directed towards fulfilling this thirst for this kind of information, can help us in recognizing it.

J’adore le travail au sol, et je crois que c’est une façon merveilleuse de nous présenter au cheval, et de laisser au cheval du temps et de l’espace pour trouver la confiance de se présenter véritablement à nous. Le travail au sol et passer du temps ensemble est comme attraper le premier composant d’une connexion, lorsqu’on l’a, plus tard, tout est possible… Nous pouvons bouger ensemble dans toutes les directions que l’on désire. Mais d’abord, nous devons savoir qui fera évoluer ce début de connexion avec qui. D’abord, nous devons savoir qui nous sommes réellement. Et le travail au sol, dirigé vers l’achèvement de la soif de ce genre d’information, peut nous aider à le reconnaître.

D’un cheval l’autre : Do you use only positive reinforcement, or also negative reinforcement? Can you explain your choice? What is your opinion about Natural Horsemanship?

Utilises-tu uniquement le renforcement positif, ou également le renforcement négatif ? Peux-tu expliquer ce choix ? Quelle est ton opinion sur le Natural Horsemanship (aka Parelli) ?

When people are together with horses, it is very common that people are very scared. Firstly, they are scared of the horse, because a horse is a powerful and a quick animal. So they use techniques to dominate the horse, or at least to keep the horse safe and under “control”. The techniques born or chosen in fear, are bringing more fear, so with time people notice that they are feeling now safe and confident by their horse, but they are scared that the horse is not happy. They change the techniques and turn towards techniques to make the horse more happy. But again, the techniques born or chosen in fear, are brining more fear. With time people see that clicker and treats are not working for them and they fear that the horse is doing things for them or spending time with them only for the treats. So they change techniques. But again, the techniques born or chosen in fear, are bringing more fear. Time passes, and a person is still in fear, but this fear is only subtler and subtler and subtler one, moving from “I am afraid of the horse” to “I am afraid of that the horse doesn’t love me” and “I am afraid I am not enough”. Fear fuels fear and no changes in the techniques will help.

The positive and negative techniques gained their names expressing appearance or disappearance of something that can be considered pleasant or not pleasant to the horse, and that may allow the behavior to be reinforced or allow it to disappear.

I believe that equestrian world is getting ready to go beyond the package of the wonderful knowledge offered by analyzing learning/teaching techniques. I believe we are ready to base all our actions fearlessly in love and start to look at them from the level of their core essence:

Is my action born/chosen in Love or in Fear?

and

Will it bring me more Love or more control and Fear?

From this level we can discover that what we previously were doing with our horses thinking that it’s “positive” was fueled with fear (that my horse won’t be with me otherwise).When we observe ourselves in Calmness we can see many interesting things.

Quand les gens sont avec les chevaux, il est très commun qu’ils aient peur. D’abord, ils ont peur du cheval, car c’est un animal très vif et puissant. Donc ils utilisent des techniques pour dominer le cheval, ou au moins pour garder le cheval en sécurité et sous “contrôle”. Les techniques nées ou choisies dans la peur, apportent encore plus de peur ; donc avec le temps, les gens réalisent qu’ils se sentent maintenant en sécurité et confiants, mais ils ont peur que le cheval soit malheureux. Ils changent les techniques et se tournent vers d’autres, pour rendre le cheval plus heureux. Mais à nouveau, les techniques nées ou choisies dans la peur apportent plus de peur. Avec le temps, les gens voient que le clicker et les récompenses ne fonctionnent pas pour eux, et ils ont peur que le cheval fasse les choses, ou qu’il passe du temps avec eux uniquement pour les friandises. Donc ils changent de techniques. Mais encore, les techniques nées ou choisies dans la peur, apportent plus de peur. Le temps passe, et la personne a toujours peur, mais cette peur est seulement de plus en plus subtile, passant de “j’ai peur du cheval” à “j’ai peur que le cheval ne m’aime pas” et “j’ai peur de ne pas être assez”. La peur nourrit la peur et aucun changement de technique n’aidera.

Les techniques positives et négatives tiennent leurs noms de l’apparition ou de la disparition de quelque chose qui peut-être considéré comme agréable ou désagréable pour le cheval, et qui pourrait permettre à un comportement d’être renforcé ou de disparaître.

Je crois que le monde équestre se prépare à aller au-delà du merveilleux ensemble de connaissances offert par l’analyse des méthodes d’apprentissage. Je crois que nous sommes prêts à baser toutes nos actions dans l’amour, sans peurs, et à commencer à les observer dans leur essence propre :

Mon action est-elle née/choisie dans l’Amour, ou dans la Peur ?

et

M’apportera-t-elle plus d’Amour, ou plus de contrôle et de Peur ?

A partir de là, on peut découvrir que ce que l’on faisait précédemment avec nos chevaux, en pensant que c’était “positif”, était en fait nourri par la peur (que mon cheval ne soit pas avec moi autrement). Lorsque nous nous observons dans le Calme, on peut voir beaucoup de choses intéressantes.

D’un cheval l’autre : Could you tell me more about your philosophy about working in liberty with horses?

Peux-tu m’en dire plus sur ta philosophie à propos du travail en liberté ?

Thank you for this interesting question. Let me share with you a link to a beautiful video that I has been recorded during one of OneHorseLife Clinics in Sweden:

https://vimeo.com/181912387

Merci pour cette question intéressante. Permets-moi de partager un lien d’une belle vidéo dans laquelle j’ai été enregistrée pendant l’un de mes stages OneHorseLife en Suède. https://vimeo.com/181912387

D’un cheval l’autre :  What is your usual way of starting a foal/young horses, to introduce them to basic education, and riding?

Comment procèdes-tu habituellement pour démarrer l’éducation des foals/jeunes chevaux ?

16996258_10210631923867216_3437913540597505661_n

I do all I can to have no usual way of starting a young horse to introduce them to the riding. I try to be as open and as curious to learn from my horses about riding as possible, and they teach me great lessons. For example, I was preparing a Touch to Calm Program for my students, which introduces people to the Energy that emerges from Calmness without using pressure, whips and body language from the human side. During the Touch to Calm Class we learn about the Energy directly from the horse’s body by touching it as we move together. It’s fascinating and such a deep process, during which we can discover how to release tensions, and what is the essence of healing. At the end of my preparation for this program, all horses that I asked for help in preparation of this program invited me to sit on them, it happened spontaneously and without any conditioning and teaching. When they saw that my body is ready, and that our bodies are connected through the Energy that emerges from Calmness, they have simply invited me to sit on them and move together as one.

I am fascinated to continue to discover how our tensions and their release shapes our reality.

Je fais tout mon possible pour n’avoir aucune façon habituelle pour démarrer l’éducation montée d’un jeune cheval. J’essaye d’être aussi ouverte et curieuse que possible, pour apprendre de mes chevaux. Et ils m’enseignent des leçons formidables. Par exemple, je me préparais à un “Touch to Calm Program” pour mes étudiants, qui présente aux gens l’énergie qui émerge du Calme, sans utiliser de pression, de stick ou de langage corporel venant de l’humain. Pendant cette leçon, nous apprenons des choses sur l’énergie à partir du corps du cheval, en le touchant pendant que l’on bouge ensemble. C’est fascinant et c’est un processus si profond, qu’il nous permet de découvrir comment relâcher des tensions, et quelle est l’essence de la guérison. A la fin de ma préparation pour ce programme, tous les chevaux à qui j’ai demandé de l’aide pour me préparer m’ont proposé de m’asseoir sur eux, cela s’est produit de façon spontanée, et sans aucun conditionnement ou enseignement. Lorsqu’ils ont senti que mon corps était prêt, que nos corps étaient connectés à travers l’énergie qui émerge du calme, ils m’ont simplement invitée à m’asseoir sur eux et à bouger ensemble.

Je suis fascinée de continuer à découvrir combien nos tensions et leurs relâchements façonne notre réalité.

D’un cheval l’autre : I love the fact that you always look so stunning on a horse! I know, this is a really “girly” question, but I had to ask. How do you choose your riding clothes? Do you have any favorite brands to advice? Any favorite piece?

J’adore le fait que tu es toujours superbe à cheval ! Je sais que c’est une question très “girly”, mais je me dois le demander. Comment choisis-tu tes vêtements d’équitation ? As-tu des marques ou des pièces préférées ?

When we record the sessions and when we shoot photo sessions I feel the need to look nice and clean to show my students and followers how much I respect them, and to show the respect to the knowledge that comes through our horses to us. I never think about brands and following fashions. I follow my heart to fulfill it’s desire of showing respect.

Lorsqu’on enregistre des sessions, ou que l’on fait des shootings photo, je ressens le besoin d’avoir une belle apparence pour montrer à mes étudiants et mes followers combien je les respecte, et pour montrer le respect du savoir qui émerge de nos chevaux. Je ne pense jamais aux marques ou à suivre des tendances. Je suis mon coeur pour combler son désir de montrer du respect.

D’un cheval l’autre : What is your favorite option: bitless, bit, none, both?

Quelle est ton option préférée : sans mors, avec mors, sans rien, toutes les options ?

17458304_10210852431459768_8539077807241368381_n

I am aways surprised to learn how much attention people put on the equipment they use, and how little on what the horse really would love to experience. Some horses prefer bitless, some prefer bits, and some really want to be ridden in a curb bit. This has nothing to do with the responsiveness of the horse to the certain pieces of the equipment or bits, and it has nothing to do with the methods we use for training. Some horses are simply so curious about our, human’s world that they want to experience it. Some horse’s desire is also to show us all about the dressage, and some never want to be ridden. When we open our hearts to look to the horse and see him and his desires, we may be surprised to see how closed, narrow-thinking and binary our logical thinking mind is, and how many times in the disguise of wanting good, we don’t allow our horses to chose and to live the life they came to get to know. This way we block not only our Natural Path from being fulfilled, but also we don’t allow our horses to fulfill their Natural Paths.

Je suis toujours surprise de voir combien les gens se focalisent sur l’équipement qu’ils utilisent, et le peu d’attention qu’ils mettent sur ce que le cheval aimerait réellement. Certains chevaux préfèrent sans mors, d’autres avec le mors, et certains veulent vraiment être montés avec un mors de bride. Cela n’a rien à voir avec la sensibilité du cheval à certains équipements ou mors, et cela n’a rien à voir avec les méthodes employées pour l’entraînement. Certains chevaux sont si curieux à propos de notre monde humain qu’ils veulent l’expérimenter. Certains désirent tout nous montrer à propos du dressage, et d’autres ne veulent jamais être montés. Lorsqu’on ouvre nos cœurs pour observer le cheval, et ses désirs, on peut être surpris de voir combien notre esprit logique est fermé, binaire. On peut être surpris par le nombre de fois où à force de vouloir bien faire, nous n’autorisons pas nos chevaux à choisir. De cette façon, nous nous empêchons de poursuivre notre voie, mais nous faisons de mêmes pour celle de nos chevaux.

D’un cheval l’autre : How would you define dressage?

Comment définirais-tu le dressage ?

Dressage means training. Dressage can be used to get better at doing certain figures or completing certain exercises, but it can also be used to continue to be better at training. At OneHorseLife by training we understand: being able to learn better from a horse about releasing tensions and reshaping our reality by freeing it from their bounding influence.

Le dressage signifie entraînement. Le dressage peut être utilisé pour être meilleur dans l’exécution de certains figures ou exercices, mais cela peut également être utilisé pour être meilleur à l’entraînement. Chez OneHorseLife, par entraînement, nous comprenons : être capable de mieux apprendre d’un cheval, à propos du relâchement de nos tensions, et de refaçonner notre réalité, en la libérant de ces tensions limitantes.

D’un cheval l’autre : How do you house your horses?

Comment héberges-tu tes chevaux ?

We keep our horses in the boarding stable, in the yard that allows us maximum freedom and fulfillment of our horses needs as much as possible. Our horses stay as much as possible outside in two mixed herds, as we have mares, geldings and a stallion. Mares are together with geldings and the stallion is together with some of the geldings as well. In Poland the temperatures during wintertime can drop below -20’C, and then we bring horses for the night to the English Stable to prevent the water pipes from freezing and breaking. Our horses are not shoed and rugged, they are barefoot and enjoying being able to be wet, dirty, muddy and most of all happy.

Nous gardons nos chevaux dans des stabulations libres, dans la cour, ce qui offre un maximum de liberté et d’épanouissement pour nos chevaux. Ils restent dehors autant que possible, dans deux troupeaux, puisque nous avons des juments, des hongres et un étalon. Les juments sont avec les hongres, et l’étalon est avec quelques hongres également. En Pologne, les températures d’hiver peuvent descendre sous -20°C, à ce moment-là nous les rentrons la nuit dans des boxes, pour éviter que les tuyaux d’eau gèlent et se cassent. Nos chevaux n’ont pas de fer et ont les pieds-nus solides, et adorent avoir la possibilité d’être mouillés, sales, boueux et la plupart sont heureux.

Partager l'article
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.