[DRESSAGE] Cours avec Audrey Blaü (9) – Rassembler

Séance datant de Novembre 2016.

Encore une excellente séance ! Ce jour-ci, nous avons travaillé le rassembler avec Jazon.

On a débuté par un exercice de Philippe Limousin, déraper les épaules en demandant au postérieur interne d’avancer. On demande un gros pli interne, puis on laisse filer l’épaule vers l’extérieur, en demandant au postérieur interne de faire de grands pas (ici, il n’a pas de rôle de soutien). On a travaillé cet exercice sur un 8, en dérapant dans l’autre sens lors du changement de direction. Cet assouplissement est très intéressant, je l’ai beaucoup utilisé sur Trifine, et ça a débloqué beaucoup de choses.

Puis on est entrés dans une nouvelle étape du rassembler. Le VRAI rassembler, postérieurs dessous, croupe fléchie au pas-trot-arrêt-galop. Je dois dire qu’on a bien galéré ! Moi à comprendre quoi faire au bon moment, à rester assise (on a fait 90% de la séance au trot assis, génial, une torture, Jazon est terriblement inconfortable), à monter avec le dos chaque transition, chaque coin, à pousser avec le bassin pour propulser l’énergie. On a commencé à affiner le code des jambes : mon énergie doit donner le rythme, la vitesse, mais mes jambes doivent appeler les postérieurs sous la masse. Jazon est trop souvent derrière la jambe, même s’il est bien avec moi dans l’énergie. Donc il marche vite et les postérieurs trop loin, en gros.

Chaque transition doit ressembler à un bond (dans le calme bien sûr). Je dois toujours faire passer le mors avec les jambes, et plus avec les mains, je suis toujours trop dans les mains. On a bossé sur des phases 4 pour les jambes car Jazon la jouait résistance passive, car ça demandait beaucoup d’efforts pour lui, de se tenir les postérieurs sous lui. On a aussi demandé les postérieurs dans l’arrêt, puis départ au pas droit, et toujours les postérieurs sous lui. Puis on demandait de bondir dans le trot, permettant ainsi de faire passer le mors avec les jambes, mais SANS ramener mes mains dans le départ au trot. Je dois accompagner avec les mains, et s’il se creuse et fait n’importe quoi, on garde le contact en donnant des jambes.

Mon tracé doit être 10 fois plus précis, je dois rester sur un rectangle pour que les choses soient très claires pour Jazon, vu que déjà, il y a un peu de pression à cause de l’effort physique.

Ensuite, après avoir bien galéré à piger comment bien monter avec mon dos et mon bassin, une fois que Jazon était troooooop bien avec moi, on a démarré le galop à faux sur la ligne de quart, c’était TROP bien, Jazon était super disponible. J’ai eu des sensations dingues, et Jazon était trop bien avec nous quand j’ai mis pied à terre, à nous sortir son répertoire, à nous embêter gentiment, j’aime le voir comme ça après une séance qui a du être éprouvante physiquement pour lui (ça l’était en tout cas pour moi !), c’est qu’on a été dans le juste !

Prochaine séance to be written 😉

Partager l'article
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *