[DRESSAGE] Cours avec Audrey Blaü (8) – Cheval de trait et fessiers d’acier

Le cours précédent ici 🙂

Cours datant de Novembre 2016

C’était encore dingue !!!

J’en ai déjà marre de faire les 3 km aller + 3 km retour jusqu’à la piste… Je n’étais pas du tout motivée, en plus il faisait gris et froid, et je déteste cette météo rasante horrible.
Je me suis quand même bougée évidemment, Trifine à peu près dans le même était de motivation que moi. Une fois arrivée en piste, on fait le tour, puis la seule qualité de la piste m’a redonné envie de monter Razz
Audrey arrive, et on démarre direct au trot.

Donc le bilan : je veux aller un peu trop vite, avec Trifine. J’ai déjà de jolis changements d’incurvation, un bon début de travail latéral, mais j’ai oublié l’essentiel : l’amplitude longitudinal des postérieurs. J’ai zappé cette étape. L’analyse d’Audrey est la suivante : 1) c’est ce qu’on m’a dit de faire chez Karl, 2) j’ai l’habitude de Jazon, donc j’ai un peu “éteint” la locomotion de Trif, et 3) notre passé où elle m’emmenait/m’embarquait fait aussi que je ne lui demande pas assez d’avancer.

Je devrais me sentir “comme une fourmi sur une catapulte” (lol), mais sous contrôle, la catapulte
Donc on a démarré sur un travail en essayant seulement de l’avoir droite, et active, active, active : on précipite un peu l’allure, pour déjà qu’elle fournisse un vrai travail ample avec ses postérieurs. Et à partir de là, on construira notre rectitude, notre incurvation etc.
Aussi, rallonger un peu mes rênes, car elle a besoin d’utiliser un peu plus son encolure et de varier les longueurs d’encolure.

Je trouve que Trif a du mal à tourner, Audrey m’explique simplement qu’elle n’est pas droite, que je la bloque trop avec ma rêne extérieure qui est en permanence en opposition : les actions doivent durer 1 seconde, je ne dois pas résister jusqu’à qu’elle cède, car simplement elle n’en est pas encore capable, donc je dois juste résister/céder constamment, et bingo… Ça marche trop bien… A chaque foulée je l’aide à replacer ses épaules, et ce n’est plus la même… Attention également à ma jambe intérieure, qui travaille pas encore assez correctement.

Au trot, j’ai senti quelques moments de grâce, avec une jument entièrement déliée et très, très puissante dans le dos, mais extrêmement légère. On a beaucoup galopé et travaillé les transitions : on doit avoir le sentiment de sauter d’une allure à l’autre. Au galop, elle m’a un peu emmenée par l’épaule une ou deux fois, mais franchement ça s’expliquait par mes bêtises techniques. On a recommencé jusqu’à que je fasse les choses correctement, et là elle a été parfaite.

Très chouette cours, j’ai eu de superbes sensations et Trifine a été trop motivée !

Le prochain cours en cours d’écriture…

Partager l'article
  •  
  •  

One thought on “[DRESSAGE] Cours avec Audrey Blaü (8) – Cheval de trait et fessiers d’acier

  1. J’adore la “fourmi sur une catapulte” et le “sauter d’une allure à l’autre”… Toujours bon de s’incruster des images bien parlantes dans la tête. D’autant plus parlantes qu’elles sont associées aux sensations justes 🙂 Merci pour cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *