Ce cheval qui a tout changé pour moi

 

Bonjour à tous ! Bienvenue sur le blog D’un Cheval L’autre, on se retrouve pour un nouveau podcast, et aujourd’hui, j’aimerais vous parler de ces chevaux qui ont tout changé dans notre vision des choses. Ces chevaux qui ont changé notre perspective sur le monde du cheval, sur la gestion, l’éducation et l’entraînement des chevaux. On a tous ce cheval quelque part en tête, on a tous eu ce cheval qui a bouleversé nos croyances. J’aimerais bien leur faire hommage aujourd’hui.

Dans mon cas, des chevaux qui ont bouleversé mes croyances, il n’y en a pas eu qu’un. Il y en a un principal, c’est Trifine, ma jument de trait bretonne qui a complètement chamboulé la façon dont je considérais les chevaux d’une façon assez générale, la façon dont je voyais mon rapport à eux, la façon dont je les montais, dont je les éduquais, dont je les gérais… Elle est arrivée un peu comme un boulet de canon, et elle a complètement déstructuré mes croyances, ce que je pensais du cheval en général. Mon quotidien en tant que professeure, en tant que cavalière fait que je rencontre beaucoup de personnes qui ont elles aussi un cheval qui est rentré dans leur vie comme un boulet de canon et qui ont changé la façon dont ils considéraient les chevaux. On a tous ce cheval qui a vraiment eu un impact radical sur nos croyances, et ça n’est pas toujours dans le sens qu’on croit.

Je m’explique. Dans le cas de Trifine, elle m’a complètement ouvert l’esprit sur la façon dont je communiquais avec les chevaux auparavant. C’est un cheval qui a complètement pointé du doigt, enfoncé le couteau dans la plaie concernant certaines choses en m’expliquant que je comprenais rien aux chevaux et que je n’avais jamais cherché à comprendre quoique ce se soit, et qu’il était tant que je commence à me renseigner pour être plus compétente en tant qu’humaine auprès de mes chevaux. C’est comme ça que j’ai commencé à me pencher sur tout ce qui était méthode Parelli, horsemanship. Ça a complètement révolutionné mon rapport aux chevaux, ça a changé ma vie. Ça a changé ma vie, car maintenant je suis professionnelle là-dedans alors qu’à l’époque je n’avais absolument pas l’intention de faire ça, ça a changé complètement mon rapport aux autres chevaux, mais surtout mon rapport à l’humain.

Ça m’a complètement ouvert les yeux sur le comportement des espèces qui m’entourent, sur la psychologie, qu’elle soit équine, ou bien humaine ou même canine. J’ai complètement changé mon rapport aux choses parce que Trifine m’a forcé à sortir de ma zone de confort et à aller voir plus loin et à me remettre en question. Ça a été une vraie claque. Elle a aussi été à l’origine de la même petite révolution en matière de soin. C’est grâce à elle que je me suis intéressée au parage, à la podologie parce que j’avais plein de problèmes avec elle, elle m’a forcée à voir plus loin que les symptômes, à chercher les causes, à guérir les causes, que ça soit en matière physiologique, au niveau médical ou en matière de comportement, de la communication avec elle. Elle m’a offert quelques petites claques comme ça, qui m’ont fait changer pas mal de croyances, pas mal de choses qui étaient enfoncées dans ma tête, qui finalement n’étaient que des croyances et certainement pas des éléments empiriques basés sur les faits.

Jazon a été aussi à l’origine de beaucoup de destruction de croyances notamment sur le contact. Jazon ça a toujours été un cheval qui était un peu fuyant, un peu instable et j’ai toujours galéré à le garder sur la main avec un dos tendu. Il a toujours eu des abdos absents parce que je n’arrivais pas à le faire remonter et à les gainer, et j’ai essayé je ne sais combien de méthodes en espérant qu’une méthode miracle allait me sauver, avant de réaliser que c’était ma culpabilité et mes croyances, notamment le fait que je n’osais pas prendre un vrai contact, ma croyance me disait de prendre des rênes un peu flottantes. Par culpabilité et par peur, je ne prenais jamais un vrai un réel contact sur les rênes, je ne prenais jamais des rênes courtes, et je n’étais donc jamais claire. Jazon ne comprenait donc pas ce qu’il devait faire avec son corps. Donc j’ai commencé à enlever le mors à cette époque, en croyant que c’était ça qui allait me sauver, en plus c’était le discours qu’on avait à l’époque, ça n’a absolument rien changé.

J’ai commencé à culpabiliser dès qu’il commençait à mâcher le mors d’une façon ou d’une autre, disant qu’il avait mal, qu’il n’était pas confortable, et quand j’ai commencé à m’entourer mieux, de vrais bons professionnels, ils m’ont fait prendre des rênes courtes et un contact franc. Mon poney s’est transformé en fait… Il s’est tellement transformé que cela m’a fichu une de ces claques ! Je tiens à prendre cet exemple car je vois tellement de cavaliers qui n’osent pas prendre leurs rênes, qui n’osent pas prendre de contact, par culpabilité, et au final, ça ne rend absolument pas service à leurs chevaux. Jazon, à partir du moment où j’ai compris ça, et où il m’a sonnée dans mes croyances, bah… Ce n’est plus le même cheval ! Il ne travaille pas du tout de la même façon, c’est plus harmonieux, plus clair. Ça a été une autre petite claque dans ma tronche 🙂

Ce sont mes deux exemples avec mes deux chevaux personnels. Mais ça ne s’arrête pas là. Ca a continué avec tout un tas de chevaux que j’ai eu entre les mains. Voilà, à l’époque je n’osais pas monter en phase. La phase 4 c’était un peu le démon. Je disais même à l’époque que je ne ferais jamais de Parelli parce que c’était trop violent… Et maintenant j’enseigne cette méthode-là. C’est quand même assez rigolo. Pareil, la phase 4, c’est Trifine qui a été à l’origine de cette révélation de : “ah mon Dieu, mais quand je vais au bout de mes phases, je suis tellement plus claire, tellement plus convaincante que mon cheval se transforme en face de moi.” Il se transforme dans le sens où enfin, on parvient à un réel échange, à une clarté d’intention qui rend le cheval beaucoup plus confortable car il comprend ce qu’on veut faire avec lui et les choses que l’on veut obtenir et que l’on veut faire avec lui. Encore une fois, ça a complètement changé les choses. C’est depuis que j’ai donné une phase 4 à Trifine que j’ai enfin un cheval équilibré, qui fait attention à moi, avec lequel on peut avoir un échange. Et pas toutes les deux crier dans notre coin sans réellement communiquer. Pourquoi je prends cet exemple-là ? C’est parce que dans mon quotidien, c’est vraiment quelque chose qui est diabolisé. On diabolise les fers, le mors, les phases 4, le fait de prendre un contact ferme, on dit que c’est méchant, mal de faire du sport équestre, que les cavaliers de compétition sont tous des méchants.

Qu’ils ne pensent pas au bien-être de leur cheval, que les chevaux en boxe c’est le mal absolu… Tiens, ça aussi c’est un exemple. Mes chevaux actuellement sont dans un système de boxe-prairie, ils sortent la journée ou la nuit en fonction de la chaleur, et ils sont dans un rapport très sain au fait de rentrer dans leur boxe. Qui leur offre un certain confort à l’abri de la chaleur, des mouches… Parce que tout le monde n’a pas la chance d’avoir un merveilleux Paddock Paradise stabilisé, et que finalement, ils m’ont fait dédramatiser ce mode d’hébergement que je dramatisais totalement avant. Encore quelque chose qui a complètement disrupté mes croyances.

Je pense qu’on a tous en commun un cheval qui a bouleversé nos croyances dans un sens comme dans l’autre. Je crois qu’il faut un peu prendre ce que nous apporte les chevaux en tant que guides spirituels, je pense qu’il faut pas considérer son cheval comme son psychologue, mais les chevaux peuvent nous amener à remettre les choses en question dans un sens comme dans l’autre. C’est un merveilleux cadeau qu’ils nous font, ils nous permettent d’être plus humain, équilibré, moins manichéen, plus tolérant et bienveillant, de respecter ce que chacun fait, chaque cheval peut nous apporter des réponses différentes du précédent. Ils ont beau avoir les mêmes besoins, ils sont tous différents, ils ont des façons différentes de réagir, de s’adapter, et pour moi, c’est un énorme cadeau que ces chevaux qui entrent dans notre vie et changent notre vision des choses peuvent nous faire.

Je pense que vous avez tous ce petit cheval qui est entré dans votre vie et qui a changé vos croyances. Peut-être que vous avez du le couvrir parce qu’il vivait pas très bien son hiver. Peut-être que vous avez du lui mettre des fers alors que vous pensiez que c’était le mal absolu, peut-être qu’à l’inverse vous avez du le passer pied-nu, peut-être que vous avez du ajouter des céréales dans sa ration alors que vous pensiez que c’était interdit… Voilà, ce genre de petites choses qui font que finalement vous serez plus nuancé. La nuance, pour moi, c’est le chemin de la sagesse avec les chevaux. Chaque cheval est unique, et a des besoins différents, je pense que c’est important de garder du recul pour pouvoir leur offrir le meilleur.

Partager l'article
  •  
  •  

One thought on “Ce cheval qui a tout changé pour moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.