Attention à la gouroutisation !

Depuis que je suis de près la méthode Parelli, appelée “Parelli Natural Horsemanship“, je m’aperçois que l’ampleur du phénomène est bien plus importante que je ne l’imaginais. Pat Parelli est une icône, et son PNH, un système, une société, même. Elle comprend des codes, un vocabulaire, des symboles que l’on doit connaître pour être intégré et comprendre ce que ses membres communiquent. La méthode PNH comprend bien entendu une doctrine particulière qui motive la réunion de ses adeptes.

J’ai d’abord été frappée par la complexité et l’aboutissement de ce système, bourré de concepts pour expliquer à peu près tout, d’échelles, de “commandements” (les 8 principes de Parelli). Tout cela me faisait penser à une dérive un peu sectaire de cette méthode très américaine et dont le marketing est manié d’une main de maître. Je n’ai pas de problème avec ça : je suis la première à dire que Parelli m’a considérablement aidée dans mon approche des chevaux, que le dressage n’a jamais été aussi bon depuis, puisque ma communication est bien meilleure. Toutefois, je constate que Pat et Linda sont parfois élevés au rang de demi-dieux, si l’on exagère un peu, par beaucoup de cavaliers-ères. Si Linda ou Pat dit quelque chose : critique proscrite ! Eux possèdent LE savoir, LA vérité, alors voyez-vous, ne venez pas avec vos études d’éthologie qui remettent en cause la hiérarchie fixe et le concept de dominance. Vous osez déviez de l’échelle originellement écrite ? Blasphème !!! Quoi, vous avez mis le mors alors que vous n’avez pas le Level 4 ? Païens ! Allez, au bûcher tout le monde.

Est-ce limité à la méthode Parelli ? Absolument pas. Du côté de l’École de Légèreté, il arrive parfois qu’une simple critique à l’envers de Karl, par exemple, fasse pleuvoir des commentaires émotifs et alimente des débats sans queue ni tête. Vu sur des groupes Facebook francophones, anglophones, germanophones. Osez dire “incurvation”, certains (j’insiste sur certains, gras souligné, ça rentre nan ?) vous tombent dessus en disant que c’est grave de parler d’incurvation et pas de “pli”.

Sans parler du dressage moderne et des fans absolus des champions modernes : Edward Gal, Anky van Grunsven, Adelinde Cornelissen, et j’en passe… Certains ne peuvent pas supporter que l’on critique leur idole. Cela tourne en règlement de compte et en bataille futile. On peut étendre ce phénomène à absolument toutes les figures en vogues dans le milieu du cheval.

Attention à ne pas confondre idole et gourou. C’est merveilleux de trouver une personnalité qui vous inspire, vous guide et participe indirectement à votre épanouissement auprès de vos chevaux. C’est formidable et je le souhaite à tout le monde. N’oubliez pas de garder votre esprit critique éveillé en toutes circonstances. Je crois que le contexte actuel se prête très bien à ce papier, n’est-ce pas ? Le recul, l’esprit critique et la possibilité de tout remettre en question, voilà de belles qualités nécessaires pour devenir un bon humain pour son cheval, et un bon humain tout court.

NON, ce n’est pas parce que Parelli l’a dit, que Karl l’a dit, que je-ne-sais-qui l’a dit que c’est LA vérité. Il n’y a pas UNE vérité, et si quelqu’un émet une critique, il a le droit, qu’elle vous plaise, ou non, que vous soyez d’accord ou non. Écoutez-la, pensez-y, contre-argumentez, discutez ! Vous ne ferez que nourrir votre réflexion et peut-être trouver des chemins nouveaux et des façons de faire qui ouvriront votre esprit.

Je vois venir d’ici tous les adeptes de Parelli ou de Karl se sentir concernés, en me disant : “mais tu n’aimes plus Parelli ?? Mais tu n’aimes plus Karl ??”. Absolument pas : j’adore ces deux bonhommes, mais ils sont humains, et je suis différente d’eux. Il y a des choses que je n’aime pas chez eux, d’autres que j’adore, c’est ainsi. Et bien entendu, je parle d’une minorité de personnes ! Certains partent dans les extrêmes, c’est à ceux-là que je m’adresse.

55154c713b529d0ee6b066ffa91b6e38

Faites votre propre chemin, inspirez-vous de ce que vous aimez, mais écoutez ceux qui ont une autre façon de faire. Ce n’est peut-être pas la vôtre, mais elle n’est pas nécessairement fausse non plus.

Un super TED talk :

Partager l'article
  •  
  •  

5 thoughts on “Attention à la gouroutisation !

  1. Je laisse un petit commentaire pour dire que ca ne se limite pas au monde du cheval pour avoir fait de la moto pendant des années, les harley, les BMW, les italiennes, les japonaises, ne se mélangeaient pas et encore aujourd’hui ca doit être vrai et tous ces sous ensembles avaient la vérité sur le concept moto… Mais c’est aussi valable dans bien d’autres domaines, comme la religion, la politique, et j’en passe… Souvent l’objectivité n’est pas présente et quand on parle d’objectivité, elle n’a pas non plus la même échelle de valeur pour tout le monde… Ouverture d’un sacré débat qui à mon avis ne sera pas clos avant que je ne meures, peut être dans une autre vie, si autre vie, il y a…
    Pour revenir au cheval, si les moyens de communication actuels n’existaient pas, nous n’aurions pas ce genre de problème si l’on peut considérer cela un problème… Mais aujourd’hui comme dans le monde de la moto, les gens de chevaux ne se mélangent pas ou peu : les uns sont adeptes de CSO, ou de dressage ou d’endurance ou TREC ou d’éthologie (grande nouvelle activité)… les uns dénigrent les autres… Les nouveaux maitres d’il y a quelques années dont Parelli fait parti on fait avancer le shimiliblic si l’on peut dire… Maintenant on parle de dérive sectaire, peut-être, mais je pense qu’à force de critiquer de façon négative tout ce que ces gens là ont fait de différent et encore critiqué par des gens qui en fait, n’ont aucune idée de quoi ils parlent effectivement du fait d’un langage assez spécifique de la méthode Parelli pour ne parler que d’elle, les adeptes se regroupent comme le font les gens d’un même parti politique qui hormis le front national (si l’on peut dire) ne sont pas considéré comme secte et quand vous comparez une idée de droite si l’on est de gauche est absurde voire intolérable tout comme une idée de gauche l’est pour la droite… bien souvent l’objectivité n’est pas au rendez vous… Pour reprendre Parelli, je ne suis pas convaincu qu’il soit responsable de l’extrémisme de ses admirateurs… Chacun est libre de prendre tout en bloc ou pas… Quant aux nouvelles découvertes des scientifiques sur l’idée de la dominance dans le troupeau effectivement, je ne suis pas convaincu que cela change grand chose pour la relation que l’on entretient avec le cheval : c’est à dire que dans tous les cas, l’humain décide pour le cheval et doit le faire pour une notion de sécurité par exemple… Cette notion choque semble-t-il beaucoup de monde mais c’est aussi évident qu’un enfant de maternel ne doit pas décider pour ces parents et pourtant c’est pas toujours le cas… Que le leader dans le troupeau soit l’étalon, la jument, Pierre Paul ou Jacques, dans une situation d’animaux sauvages si l’on peut dire, n’a pas grand chose à voir avec le cheval qui se trouve chez nous, dans un pension ou ailleurs et que l’on décide de changer de pâture en traversant des routes par exemple… Si le cheval décide quand et ou, on est mal barré… Dans la même idée, des études sur bien être animal sortent et affirment que le cheval et le box sont incompatibles pour sa santé… Oui, on peut voir cela comme ça… Je trouvais même cela génial, et j’ai mis tout en œuvre chez moi pour avoir un semblant de nature sauvage… Un jour, un de mes chevaux est tout boiteux : l’ostéopathe diagnostique une déchirure musculaire au niveau des 2 omoplates… et préconise le box pendant 3 semaines… Alors, le box peut-être c’est nul d’un point de vue émotionnel pour le cheval bien que j’ai vu des situations ou le cheval avait une attitude telle qu’il semblait demander à rentrer au box : le cheval qu’il est très difficile d’attraper qui appelle quand il commence à faire jour en été pour être à l’abri des mouches dans un box… Pour revenir à mon cheval blessé, s’il n’a pas été habitué un minimum à être mis en box, il casse tout ou fait une colique et s’il reste en liberté il ne guérira jamais et pour reprendre le concept nature sauvage, il finit manger par un prédateur…
    Alors effectivement peu importe les extrêmes, mais quelques fois si l’on est juste là en observateur si l’on peut dire, il y a toujours une leçon à apprendre que l’on peut reproduire ou surtout ne pas reproduire, un certaine forme d’apprentissage sur le renforcement positif ou tout ce qu’il ne faut pas faire en 10 leçons…
    Bonne continuation…

  2. Et l’esprit critique, Parelli ou Karl en ont fait preuve à un moment donné : ils ont probablement aussi un jour été inspirés par quelqu’un, en admirant certains côtés de leur “méthode” ou façon de faire, mais en mettant en doute certains aspects aussi. Et en ayant l’esprit critique, un jour, de dire, “au fait, ça, on pourrait le faire autrement ? Essayer autre chose ?” Pour finalement améliorer et développer leur propre système / méthode… qui a probablement au début été accueillie avec ouverture d’esprit… ou pas 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.